INUK BADMINTON

Le 9 octobre dernier, se tenait le premier tournoi universitaire de badminton à Montréal. Difficile pour nos INUK, le premier tournoi s’est terminé en cinq défaites. Par contre, plusieurs parties se sont perdues de façon très serrées. En réalité, il n’existe qu’une seule division en badminton universitaire et deux formules de tournoi, dont une qui peut s’avérer moins avantageuse. Le tournoi disputé il y a deux semaines, favorisait les gros clubs car il était question de choisir seulement huit joueurs, dont quatre masculins et quatre féminins. De plus, dans ce type de tournoi, il n’est pas possible de garder les meilleurs joueurs pour s’assurer d’une victoire lorsqu’il y a affrontement contre une équipe adverse moins forte. L’entraîneur doit absolument envoyer les meilleurs joueurs de son équipe contre les meilleurs joueurs de l’équipe opposée. Dans une autre formule, il suffit de choisir 14 joueurs dont 7 hommes et 7 femmes. Sur ce plan, nos joueurs sont plus forts. En réalité, l’équipe des INUK est reconnue pour sa profondeur sur le jeu. On explique cette profondeur par le fait que les joueurs en 4e ,5e ,6e et 7e position se rapprochent de nos 1er ,2e et 3e joueurs. Il est donc plus facile de se démarquer dans des tournois qui comportent plus de joueurs, comme celui qui aura lieu à McGill le 23 octobre prochain.

En attendant, nos joueurs de badminton se pratiquent trois fois semaine à raison de deux heures par pratique. Cette année, l’équipe compte 22 joueurs. L’entraîneur Jean-Marc Girard, qui dirige le club des INUK depuis maintenant trois ans, y voit une grosse amélioration. `Maintenant que l’équipe est plus grande, un assistant est présent afin de développer les joueurs qui débutent et je peux continuer à corriger ceux qui sont de calibre plus fort. On peut travailler avec tout le monde et assurer une progression.’ Notons aussi que l’avantage d’avoir une grosse équipe permet de faire une sélection. Ceux qui ne se présente pas aux pratiques, ne seront malheureusement pas appelés à aller dans les tournois. L’entraîneur a passé l’étape de faire des concessions.

Cette année, l’équipe se rendra donc à quatre tournois au minimum avec la possibilité d’en faire six. Sur les tournois élites, les quatre meilleures universités seront sélectionnées pour prendre part à deux championnats provinciaux. De plus, en fin de saison, il est possible de participer au championnat individuel de badminton. ‘Lors des jeux en simple, on peut s’attendre à tout coup que Fabien Maltais explose et il y a également nos joueurs Maxime Gosselin et Dave Souci qui peuvent offrir de belles performances’, affirme l’entraîneur. Chez les femmes, l’équipe est maintenant complète. On compte plusieurs habituées mais aussi quelques recrues. Auparavant, les INUK partaient perdants en ayant un déficit au niveau du nombre de joueur. Maintenant que nous avons toutes nos joueuses, ce n’est plus le cas!
Ce week-end, du côté féminin, les INUK tenteront de vaincre les équipes de l’UQAM et de Sherbrooke. Chez les hommes, on compte repartir au moins avec trois victoires. Sur le plan technique, le badminton est très exigeant. Lors de situation de compétition, un seul geste imprécis peut avoir de grosses répercutions. Il faut donc que les joueurs réussissent à appliquer ce qu’ils réussissent en pratiques, lors des parties importantes. Souhaitons à nos INUK de causer la surprise cette fin de semaine!

Saison de golf 2010-2011

Depuis l’été 2010, les INUK font maintenant figure sur le circuit universitaire de golf. Après une invitation au camp d’entraînement au mois de mars dernier, la sélection de Jocelyn Harvey s’est arrêtée sur 7 joueurs masculins et 3 joueuses féminines. L’entraînement au golf comporte une préparation physique et en plus grosse partie, un programme technique qui se fait autant à l’intérieur, au pavillon sportif de l’UQAC, qu’à l’extérieur. C’est au mois de mai que quelques pratiques ont débuté dans les clubs de golf de Chicoutimi et du Ricochet. Enfin, c’est réellement au mois de septembre que nos nouveaux INUK du golf ont débuté leur saison. La période de compétition sur le circuit universitaire n’est pas très longue mais très intense. En effet, pendant 3 semaines, les golfeurs se sont rendus à Milby, à Victorien et ont terminé le parcours à Laval-sur-le-Lac. Ce sont donc L’ETS, les universités de Laval, Sherbrooke, Montréal, Concordia, Bishop’s, McGill, Rimouski et maintenant Chicoutimi qui s’opposent à ces rencontres qui ont lieu à l’automne.
Pour les INUK, ce sont 5 garçons qui forment une équipe et 3 filles qui en forment une autre. Dans ces équipes, on peut voir les noms de Carl-Alexandre Dumas, William Bourque, Nikolas Ouellet-Gilbert, Mathieu Drapeau, Fernando Gaudreault-Frias, Édouard Côté Lavoie, Achille-B. Laurent, Frédérique B. Gauthier, Anne Sophie B. Gauthier ainsi que Marie-Claude Moreau. Bien sûr, chez les garçons, seulement 5 joueurs masculins sont appelés à jouer, et lorsqu’ils ont la chance, certains peuvent jouer de façon individuelle. Les 4 meilleurs résultats masculins sont cumulés et chez les filles, on prend les 3 résultats. Même si les filles sont en moins grand nombre, Jocelyn Harvey qui entraîne aussi chez les juniors depuis 10 ans, se dit choyé d’avoir une équipe féminine. En réalité, seulement quelques équipes universitaires ont cette chance.
Soulignons les performances de Carl-Alexandre Dumas qui a terminé 17e, 18e et 33e à des tournois qui peuvent compter jusqu’à 72 joueurs. Chez les filles, Frédérique B. Gauthier a causé la surprise en s’emparant de la 4e ,1er et 5e position dans les trois championnats respectifs. Notons qu’au cumulatif de la saison, elle s’est classée au 4e rang, tout près de la 3e position et est repartie avec le titre de recrue de l’année, ce qui lui a permis de se tailler une place au sein de l’équipe étoile universitaire. Après la saison 2010, notre équipe masculine s’est emparée de la 9e position et notre équipe féminine de la 4e position, ce qui convient parfaitement pour une première année.
En traçant un bilan de cette première saison, M. Harvey est entièrement satisfait. Chez les garçons, on va viser à améliorer la position et gagner des honneurs individuels. Chez les filles, le bilan demeure intéressant car elles en sont à leur première année et elles auront l’opportunité de s’améliorer encore. M, Harvey ajoute aussi que l’équipe, tant du côté masculin que féminin, a un très bon noyau et qu’il faut continuer à recruter. Il voit même la possibilité de participer prochainement à des camps d’entraînement jumelés avec des universités américaines comme le font notamment l’Université Laval. Plusieurs golfeurs quittaient auparavant la région pour avoir la chance de jouer au niveau universitaire. Maintenant, Jocelyn Harvey se dit ravi de pouvoir garder ces espoirs ici pour représenter les INUK. Bravo aux INUK en golf qui ont su prendre leur place au cours de cette première année!

Les Inuk aspirent au deuxième rang de leur section

Le Quotidien
Sports, mardi 12 octobre 2010, p. 41

Johanne Saint-Pierre

CHICOUTIMI – À leur 2e année au sein de la Ligue de soccer féminin intérieur intersectoriel, les Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) aspirent au 2e rang de leur section, mais surtout à livrer une bataille serrée aux favorites du Collège F.X. Garneau.

L’entraîneur-chef de la formation féminine, Dany Gauthier, avait déjà de quoi se réjouir, même si la véritable saison collégiale/universitaire ne débute qu’en janvier. « Au camp de sélection, nous avons eu une belle surprise parce qu’au total, nous avons accueilli 26 joueuses aux trois pratiques de la première semaine, alors que l’an dernier, nous n’avions que 10 ou 11 filles », souligne-t-il d’entrée de jeu.

À l’issue du camp, le nombre de joueuses devrait tourner autour de 16 ou 17 joueuses, parce qu’en soccer intérieur, c’est du 7 contre 7. « Mais je voudrais en garder plus parce que sur les 26 filles, à part une ou deux, la majorité des filles sont des premières années qui sont là pour trois ou quatre ans au moins. On peut donc travailler à long terme », note Dany Gauthier.

Pour ce qui est des forces de ses troupes, l’entraîneur mentionne une « très bonne attaque et de très bonnes joueuses de milieu de terrain ». Par contre, la défensive est plus faible que l’an dernier et devant le filet, aucune candidate ne s’est offerte d’emblée pour ce poste. L’équipe n’est pas démunie pour autant puisqu’Alexandra Maltais, qui avait été formée l’an dernier, pourra poursuivre cette année. Si elle se blesse, une autre joueuse pourrait prendre la relève, mais il est clair que ce n’est pas le poste le plus convoité sur le terrain.

Comme l’an dernier, les Inuk affronteront par deux fois les formations de Rimouski et de F.X. Garneau dans leur division Nord-Est et deux fois celles du Sud-Ouest. Pour l’instant, l’équipe universitaire s’entraîne sur le terrain synthétique et dispute des matchs contre la formation U16 féminin qui participera à la Coupe Saputo AA, ce qui permet à l’entraîneur d’évaluer ses troupes en situation de jeu et des correctifs à apporter.

D’autre part, comme il n’y a toujours pas de « soccer dôme » dans la région, les joueuses s’entraînent dans le stade intérieur du Pavillon sportif, mais ce terrain est moins large que celles où elles joueront.

« Par contre, dans notre groupe, on joue contre Rimouski qui a le même problème, concède Dany Gauthier. Mais ce n’est pas le cas de F.X. Garneau qui est peut-être plus choyé en étant dans la région de Québec. »

Golf et Cross-country. C’est parti pour les INUK.

Le Quotidien
Sports, jeudi 16 septembre 2010, p. 43

CHICOUTIMI – (JSTP) – Premier test ce week-end pour les Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQC) qui évoluent en cross-country et en golf.

Dans le cas du cross-country, l’entraîneur Gino Roberge s’attend à une belle performance de ses protégés au McGill Open qui aura lieu samedi. Ce rendez-vous servira également de camp d’évaluation. Parmi les athlètes à surveiller, il souligne la Félicinoise Marjorie Saint-Gelais et Loïc Gauthier. Il faudra aussi avoir à l’oeil la Chicoutimienne Valérie Bélanger qui court pour le Vert & Or de Sherbrooke.

Du côté du golf, les huit représentants des Inuk (5 gars et 3 filles) amorceront leur saison sur le circuit universitaire comptant le plus d’équipes, soit 12, en participant au premier tournoi présenté au club de golf Melby à Sherbrooke. L’entraîneur Jocelyn Harvey a veillé à bien préparer ses joueurs lors du camp d’entraînement qui s’est déroulé de juin à septembre. Les huit golfeurs en action ce week-end ont été sélectionnés, de sorte que quelques joueurs resteront à la maison. Ces derniers auront la chance de participer au prochain tournoi s’ils améliorent leur carte de pointage. Pour la délégation de ce week-end, les athlètes à surveiller sont Carl-Alexandre Dumas, Édouard Côté-Lavoie, les jumelles Anne-Sophie et Frédérique B.-Gauthier ainsi que Marie-Claude Moreau. L’objectif des Inuk, pour cette première saison sur le circuit, est de se maintenir dans le top 8.

Le 2e tournoi sera joué les 25 et 26 septembre au Club de golf Le Victorien à Mirabel tandis que le Championnat provincial se déroulera au Club de golf Laval-sur-le-Lac du 4 au 6 octobre.

Circuit universitaire de badminton.Les Inuk pourraient surprendre

Progrès-dimanche
Les sports, dimanche 19 septembre 2010, p. 96

Johanne Saint-Pierre

Chicoutimi – À sa 3e année d’existence, l’équipe de badminton des Inuk de l’UQAC ne pourra surtout pas être prise à la légère par les autres formations du circuit universitaire.

L’entraîneur-chef de la cuvée 2010-11, Jean-Marc Girard, pourra en effet compter sur une équipe masculine comportant plusieurs beaux talents, ainsi que sur des joueuses d’expérience du côté féminin. La délégation de l’UQAC aura l’occasion de mesurer sa progression le week-end prochain, alors qu’elle prendra part à un tournoi préparatoire regroupant les volets universitaire et civil. Disputé au Peps de l’Université Laval, le tournoi a attiré des équipes de l’Ontario et possiblement du Nouveau-Brunswick.

En plus de compter quatre joueurs de plus que l’an dernier, on retrouve 13 vétérans parmi les 21 joueurs de la présente cohorte. Chez les filles, les sept joueuses de l’an dernier sont de retour et se sont entraînées durant la saison estivale. Une petite nouvelle se joint à eux, soit Corine Boivin qui provient du Cégep de Jonquière.

« Du côté masculin, j’ai sept vétérans et six recrues. Et ce sont de très bonnes recrues, ce qui crée une émulation. Sur la liste de partants, trois sont assurés de leur poste. Les autres devront batailler pour les places disponibles. Ça change la donne parce que ceux qui viennent aux pratiques, qui s’entraînent et qui sont motivés auront une préférence », a indiqué Jean-Marc Girard qui estime que le programme est en train de se consolider.

Parmi les améliorations apportées cette année, Jean-Marc Girard souligne l’embauche d’un assistant-entraîneur, Marc Boucher. Il pourra travailler la technique de quelques de joueurs pendant que les autres poursuivent leurs entraînements. « Ça permet une progression beaucoup plus intéressante parce qu’il peut se concentrer sur les points faibles d’un joueur », fait-il valoir.

Entraînement

D’autre part, l’équipe pourra compter sur une troisième séance d’entraînement tous les lundis qui sera uniquement dédiée à la tenue de matchs. « Nous voulons créer un happening du badminton qui sera ouvert à tout le monde. Les mardis et jeudis seront consacrés à des entraînements techniques que les lundis, ce sera uniquement des matchs. Ça vise à fournir de bons partenaires d’entraînement pour nos joueurs et à favoriser le recrutement. Nous aurons neuf terrains disponibles. On veut aussi encourager nos joueurs du cégep et préparer progressivement la relève collégiale. »

Tous ces éléments font en sorte que Jean-Marc Girard entame la saison avec optimisme. « Du côté masculin, même si nous avons perdu deux gros éléments avec les départs de Sébastien Guérard et François Desjardins, nous sommes plus fort et nous avons gagné en profondeur. C’est sûr qu’on ne sera pas parmi les favoris, mais les autres équipes devront se méfier de nous et nous prendre au sérieux. »

L’an dernier, l’équipe masculine des Inuk avait participé aux séries et affronté les meilleurs de chaque université. Cette année, la vraie saison du circuit universitaire prendra son envol le 9 octobre à McGill.

Pour ce qui est de la composition des Inuk 2010-11, l’équipe féminine sera composée des vétérans Liliane Bergeron, Andrée-Anne Boivert, Marie-Élaine Jobin, Marie-Christine Dionne, Julie Simard, Stéphanie L’Heureux, Winna Landry et la recrue Corine Boivin. Du côté masculin, les porte-couleurs sont les vétérans Maxime Rome-Gosselin, Fabien Maltais, Xavier Labrie, Pierre-Alexandre Deslauriers, Olivier Audet et Jonathan Tremblay, ainsi que les recrues Dave Soucy, Jean-Michel Boivin, Marc-Olivier Gagnon, Nicolas Arseneault, Maxime Côté, Philippe Hudon et Jérémie Renaud.

Inuk triathlon et natation

Après une année entière d’entraînement, les tous nouveaux Inuk du triathlon et de la natation ont enfilé maillots et espadrilles afin de s’imposer lors de la saison estivale. Après un camp d’entraînement préparatoire tenu au Parc Jean Drapeau en Mai ,les Inuk étaient fins prêts. Pour nageurs et triathlètes, l’été, à défaut d’être une période de repos, est une période de compétition.

Natation longue distance
C’est sous la gouverne de l’entraîneur Nicholas Bussières que les nageurs Jérémy Bonneau, Ronnica Christie, Catherine Plourde, Alexandra Claveau, Gabrielle Trottier, Pierre Pelletier et Aurélie Côté forment l’équipe d’eau libre. Le 10 Juin, les nageuses Gabrielle Trottier et Aurélie Côté ont amorcé la saison en eau libre. Participant au 10 km des essais des championnats du monde, les filles se sont rendues en Californie, à Long Beach, pour prendre part à cette compétition. Notons que cette course se déroulait en circuit dans des eaux à 72 ̊Fahrenheit, température relativement chaude pour nos nageuses habituées aux eaux du lac St-Jean. Après 2H25 et 2H29, Aurélie et Gabrielle ont pris la 8ieme et 9ieme place à cette course. Après le ` Walk of fame ` d’Hollywood et la balade à Beverly Hills, l’équipe revient avec une préparation en plus pour le Lac-St-Jean.
Mi-juin, voilà que l’on apprend que les nageurs Jérémy Bonneau, Ronnica Christie, Gabrielle Trottier et Aurélie Côté, sont bel et bien tous acceptés et prendront part à la Traversée internationale du lac St-Jean. Sur les 5 fleurons régionaux de la traversée, ont comptait donc 4 Inuk. De plus, sur la liste du marathon de la relève, course de 10 km au Lac-St-Jean précédant le 32 km, apparaissent les noms de Pierre Pelletier, Catherine Plourde, Alexandra Claveau ainsi que Thomas et Jacob Poirier, tous des nageurs de l’équipe des Inuk.
Après de longs entraînements de 3, 4 et même 5 heures, les nageurs sont enfin prêts à sauter dans l’eau afin de prendre part aux évènements du lac St-Jean.
Après un départ retardé du Marathon de la relève, les nageurs entrent dans l’eau les pieds gelés. Avec une température extérieure de 19 ̊ Celsius et l’eau descendant parfois sous les 60 ̊Fahrenheit, l’organisation se voit dans l’obligation de retarder le départ tellement les conditions sont froides. Après un départ en force de Pierre, Jacob et Thomas, les Inuk sont dans le peloton de tête. Malheureusement, Thomas est sorti des eaux pour cause d’hypothermie. Après 2H34 min, Jacob et Pierre terminent respectivement 4e et 5e chez les hommes, alors que chez les femmes, Catherine et Alexandra prennent la 3e et 6e position. Excellente course pour nos Inuk.
La vague de froid ne fait pas seulement rumeur au marathon de la relève mais aussi à l’épreuve du 32 km. Malgré les ouï-dire d’une compétition retardée au dimanche, le départ est donné dans les eaux du Piékouagamie le samedi 31 Juillet comme prévu. Alors que Jérémy et Aurélie nagent côte à côte un peu devant, Gabrielle et Ronnica vont bon train. Journée ensoleillée, aucune vague, la course s’annonce très rapide. C’est à la sortie de la rivière Péribonka que les nageurs commencent à sentir le froid. Plus les nageurs avancent, plus le lac est froid. On voit la température de l’eau chuter graduellement de 66 ̊ à 57 ̊Fahrenheit. La course devient difficile pour Aurélie et Jérémy. Les jambes bloquées, les mains gelées et le grelottement; les deux nageurs souffrent d’hypothermie et sont retirés des eaux alors qu’il reste environ 8 à 9 km. Pour Gabrielle et Ronnica tout va bien. Toujours en contrôle, les deux nageuses terminent la course en 8H45 et 9H08, soit en 6e et 7e position. Gabrielle s’empare du titre de Championne canadienne et Ronnica termine la course avec une vingtaine de bateau à ses côtés pour la supporter. On se rappellera de la 56e édition de la Traversée du lac comme très froide mais haute en émotion pour les Inuk.
Pendant ce temps, Thomas Poirier rafle toutes les médailles aux Jeux du Québec en eau libre. En effet, ce dernier domine les épreuves du 2 km, 5 km et des relais, pour repartir de Gatineau avec 4 médailles d’or. Il est même porte-drapeau à la cérémonie de fermeture, chose jamais vu en natation au Saguenay Lac St-Jean. Une autre page d’écrite pour les Inuk.

Après la Traversée internationale du Lac-St-Jean, suit la Traversée internationale du Lac Memphrémagog. Seule Aurélie y participe pour une 2e année. Son objectif : tenter de faire oublier sa défaite du lac St-Jean. À Magog, les vagues sont de la partie pendant les 34 km. Alors qu’il ne reste que 4 km , Aurélie rejoint une autre nageuse et elles luttent côte à côte jusqu’à la plaque d’arrivée. Avec une avance de quelques secondes, Aurélie réussie à s’échapper et touche devant l’Argentine pour prendre la 8e position.
Les épreuves en eau libre se terminent avec la descente du Saguenay. Ces 42 km reliant Chicoutimi et La Baie sont nagés une bonne partie de la course dans les courants mais sont aussi très froids. Encore une fois, les Inuk se font remarquer ! Jérémy Bonneau, Pierre Pelletier, Jacob et Thomas Poirier forment l’équipe masculine des Inuk et ne se cachent pas de dire qu’ils sont l’équipe à battre. Nos Inuk filles sont également de la partie : Linda Thériault, Mariane Julien et Julie Tremblay. Sans oublier nos nageuses qui défient le Saguenay en solo, Gabrielle Trottier, Alexandra Claveau et Catherine Plourde. Les trois nageuses décident donc de nager ensemble les 3 premières heures pour profiter de l’effet de ‘drafting ‘.Pendant ce temps, l’équipe masculine des Inuk domine non seulement l’équipe de Pierre Lavoie, mais aussi toutes les autres équipes. L’équipe féminine, elle, connaît quelques ennuis avec les courants. Le ` bras du Saguenay` est souvent craint en raison de ses bons et mauvais courants. Les 3 nageuses en solo se séparent. Alors qu’ils ne restent que 3 km, les nageuses sont de nouveaux côte à côte. Gabrielle et Alexandra devancent Catherine de quelques mètres et décident de toucher la plaque d’arrivée en même temps, tandis que Catherine suit de très près en 2e position. L’équipe masculine des Inuk a complètement dominé la descente du Saguenay et l’équipe des filles ont remontée 3 équipes en fin de course pour s’emparer de la 7e position. Franchement, la descente du Saguenay 2010, une course signée Inuk.

Triathlon
Encore cet été,c’est avec les entraîneurs Nicholas Bussières et Mariane Julien que nos triathlètes Inuk ont fait leur entrée. Les Jacob Poirier, Thomas Poirier, Linda Thériault et Marianne Julien s’entrainent principalement pour participer aux triathlons sprints qui comprennent 750 m de natation, 20 km de vélo ainsi que 5 km de course. N’oublions pas nos duathlètes, Sophie Desgagnés et Cynthia Tardif, qui elles se concentrent sur la course et le vélo pour participer à des duatlhons qui comprennent 5 km de course, 20 km de vélo et 2.5 km de course.
Débutant par une course nationale, les frères Poirier donnent le coup d’envoi à Coteau du Lac. Après une sortie éclair de l’eau en natation , Thomas continue sa lancée mais se fait rattrapé par son frère Jacob en vélo. Après 1 heure 2minutes et 1 heure 4 minutes, Jacob et Thomas terminent 29e et 36e. Pas mal du tout pour une course nationale!
C’est ensuite à Trois-Rivières que l’équipe débarque. Alors que Jacob et Thomas s’emparent de la 1ère et 2e position au général, c’est Mariane Julien et Linda Thériault qui prennent aussi la 1ère et 2e position chez les 20-24 ans. Toujours une chaude lutte entre les frères mais aussi chez les filles. Linda qui prend l’avance en natation et Mariane qui devancent en vélo. Scénario qui reviendra souvent pendant l’été! Et voilà qu’en duathlon, Cynthia fait ses preuves en remportant la course avec 1 heure 34 minutes au chrono. Elle qui ne voulait même plus prendre le départ quelques minutes avant le signal….Avenir prometteur pour nos recrues!
Les Inuk reviennent chez nous pour participer au triathlon de Jonquière. Cette fois-ci, Jacob prend la 7e position dans la course Élite, tandis que la lutte Julien et Thériault se terminent respectivement par une 2e et une 3e position.

La saison continue avec le triathlon de la Baie. Eau froide et parcours de vélo comprenant de nombreuses montées, font de ce parcours un des plus difficiles. Les frères Poirier terminent avec une avance confortable devant les autres concurrents. En effet, nos baieriverains n’étaient définitivement pas stressés pour arriver seulement 30 minutes avant le départ! Tout va pour le mieux du côté féminin. Mariane et Linda prennent encore la 1ere et 2e position alors que Cynthia, toujours du côté duathlon, termine 2e.
La saison prend donc fin au triathlon esprit de Montréal, le 11 septembre. Celui-ci reçoit plus de 1000 participants. Parcours très rapide qui débute dans le bassin olympique et se continue en vélo sur le circuit Gilles Villeneuve. Notons que Jacob et Mariane en seront à leur première expérience sur la distance olympique qui comprend 1.5 km de nage, 40 km de vélo et 10 km de course. Bonne chance à nos Inuk!

Activité-bénéfice au profit des Inuk de l’UQAC

Johanne Saint-Pierre
CHICOUTIMI – Avec quelque 184 joueurs inscrits, la 2e édition du Tournoi de golf des diplômés et amis de l’UQAC au profit des sports d’excellence de l’institution d’enseignement est déjà vouée au succès.
Président d’honneur de l’événement pour une 2e année d’affilée, Hugo Gilbert, du Groupe Intercar, et Mario Ruel, directeur du Pavillon sportif de l’UQAC, sont confiants d’atteindre, voire de dépasser le montant de 25 000 $ amassé l’an dernier. Car en plus d’un appui des plus positifs du milieu socio-économique pour le tournoi, d’autres activités contribueront à bonifier ce fonds pour le développement des sports d’excellence.
Depuis le retour en 2006 des sports d’excellence à l’UQAC, le nombre de disciplines offertes s’est accru. L’UQAC est maintenant représentée en soccer (masculin et féminin), en badminton, en athlétisme, en cross-country, en natation (incluant la nage en eau libre), en triathlon, en golf, en volleyball (2e division) et en basketball.
115 athlètes
Actuellement, quelque 115 athlètes provenant d’ici et d’ailleurs évoluent dans les 11 équipes aux couleurs des Inuk. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux se sont démarqués lors de compétitions relevées.
Selon Mario Ruel et Luc Thériault, l’éventail de disciplines sportives offertes à l’UQAC permet non seulement de renforcer le sentiment d’appartenance au sein de la communauté, mais il contribue aussi à attirer des étudiants de l’extérieur en plus permettre aux jeunes d’ici de continuer à pratiquer leur sport durant leurs études supérieures sans avoir à s’exiler.

Le tournoi en bref
En plus des nombreuses activités qui seront proposées sur le parcours, les participants auront la chance de remporter des prix de présence de belle valeur durant la soirée…
Mario Ruel a tenu à rendre hommage à la douzaine de membres du comité organisateur qui contribue à la réussite de l’événement. Outre le personnel de l’UQAC, on retrouve notamment Alain Deschênes, Michel Couture, Jean-François Abraham, Guy Julien et Marie-Josée Morency…
Les organisateurs du tournoi ne manquent pas d’humour. L’an dernier, le tournoi avait été disputé par temps froid et pluvieux. Pour contrer le mauvais sort, ils ont donc pensé à offrir une tuque aux participants, en espérant bien sûr que les golfeurs n’auront pas à s’en servir le jour même!

Bon départ pour l’équipe de volley-ball

Plusieurs étudiantes de la région ont répondu à l’invitation de l’UQAC afin de participer aux premiers entraînements de l’équipe féminine de volley-ball. Une douzaine d’athlètes de la région ont démontré leur savoir-faire à l’entraîneur Luc Harvey. Ce dernier s’est dit grandement impressionné par le calibre des joueuses. L’UQAC est heureuse de pouvoir compter sur un réseau de développement extraordinaire orchestré par le sport étudiant régional et les institutions scolaires et collégiales de la région. Plusieurs filles ont débuté aux niveaux benjamin, cadet et juvénile et leur développement est prometteur. Nous attendons 6 filles de plus en septembre lors de la reprise des cours universitaire.

Grand défi pour les INUK

Quatre athlètes des INUK ont été sélectionnés pour la Traversée du lac St-Jean.
Des huit Canadiens qui prendront part à la course de 32 km, cinq proviennent de la région du Saguenay/lac St-Jean. La participation des INUK est assurée par les Robervalois Jérémy Bonneau, Ronnica Christie, Gabrielle Trottier et de la Baieriveraine Aurélie Côté qui ont été officiellement confirmés hier par les organisateurs.
C’est un grand défi qui attend les nageurs car le lac St-Jean est souvent froid et tumultueux à cette période de l’année. L’entraîneur Nicholas Bussières se réjouit de voir autant d’athlètes sélectionnés par le comité organisateur. « Les nageurs travaillent très fort depuis plusieurs années, ils récoltent aujourd’hui le fruit de leur labeur ». Nous souhaitons la meilleure des chances à nos athlètes et bon courage.

Les athlètes des INUK honorés par le Sport étudiant

Lors du Mérite du Sport étudiant Saguenay/Lac St-Jean tenu le 20 mai 2010 à Alma,
les performances des athlètes et des entraîneurs s’étant distingués au cours de l’année au niveau du sport universitaire ont été soulignées.

Les lauréats sont :

SPORTS COLLECTIFS

Athlète féminine par excellence
Chantal Touchette (étudiante en plein air et tourisme d’aventure)
Athlète masculin par excellence
Jean-Simon L’Heureux (étudiant en sciences comptables)

SPORTS INDIVIDUELS

Athlète féminine par excellence
Marjorie Saint-Gelais (étudiante en adaptation scolaire)

Athlète masculin par excellence
Fabien Maltais (étudiant en administration)

ENTRAÎNEUR PAR EXCELLENCE

Stéphane Pages (entraîneur de l’équipe de soccer)

Toutes nos félicitations