Un pas de plus vers le championnat provincial

volley ball inuk 12801 - copie

Malgré les blessures qui affectent l’équipe, les Inuk ont réussi à atteindre leur objectif cette fin de semaine à Rimouski, lors du troisième tournoi de la saison, en remportant deux matchs sur un total de trois.

Les Inuk ont eu le dessus lors du premier match, malgré une très bonne performance de la part du Nordet de l’UQAR en présence de ses partisans. Après avoir alterné les victoires de sets, l’équipe chicoutimienne a dominé le dernier set 15 à 12 pour remporter le match 3 à 2. L’entraîneur en chef, Ghyslain Harvey, souligne que son équipe a réussi à contrer la meilleure attaquante de l’UQAR, ce qui représente un point très positif.

Pour le deuxième match du tournoi, les Inuk avaient rendez-vous avec les Patriotes de l’UQTR, l’équipe qui trône au sommet de la ligue. Malgré plusieurs bonnes séquences où les Inuk ont réussi à prendre l’avance, l’instabilité de l’équipe chicoutimienne a fait que les Patriotes ont remporté le match 3 à 0. « Nous avons fait de très bons échanges sur le terrain. L’UQTR n’est pas imbattable, nous souhaitons vraiment avoir une victoire contre eux d’ici la fin de la saison », mentionne l’entraîneur en chef.

Les étudiantes-athlètes de l’équipe chicoutimienne ont terminé le tournoi avec brio en remportant le match 3 à 0 face aux Torrents l’UQO. Malgré un set un peu plus serré, les Inuk ont dominé en grande partie cette rencontre. « Nous ne nous sommes jamais sentis en difficulté dans ce match. Les filles ont montré de belles aptitudes et un très bon taux de réussite des attaques », explique M. Bergeron.

En regardant l’ensemble du tournoi, l’entraîneur est satisfait de ce qu’il a vu. « Nous sommes en train de mettre un nouveau système en place, mais les services et les réceptions se sont beaucoup améliorés. Il reste encore à travailler la précision, mais nous sommes dans nos objectifs. » Il termine en soulignant le travail de Sarah-Pier Babin, Arianne Marois et Maïda Beaulieu qui se sont démarquées cette fin de semaine.

Les Inuk auront rendez-vous les 16 et 17 février en Outaouais pour le dernier tournoi avant le championnat provincial.

Des performances brillantes à l’Invitation Rouge Et Or

IMG_6546 - copie

Pour une deuxième fin de semaine consécutive, les étudiants-athlètes de l’UQAC en athlétisme ont très bien fait. À l’Invitation Rouge et Or, les Inuk se sont dépassés pour se hisser en haut du classement dans plusieurs épreuves en plus de réaliser d’excellentes performances personnelles.

Même la tempête hivernale de samedi matin n’aura pas eu raison de la détermination de l’équipe. Du côté féminin, Sarah-Ève Boily a très bien fait avec un résultat de 9.92m et une 6e position à sa première participation à l’épreuve du lancer du poids 4kg. Vivianne Harvey s’est aussi démarquée au 600m en parcourant la distance en 1min46.96, ce qui lui a valu une 17e place.  Frédérique Lahoullier a quant à elle obtenu une 8e position au saut à la perche (1.50m), épreuve qu’elle réalisait pour la première fois de sa vie. Au 1500m, Marie-Claire Côté a malheureusement été disqualifiée.

Chez les hommes, comme à l’habitude, Bertrand Naon a offert une superbe performance au triple saut en terminant 2e (12.87m). Ce résultat le place dans le top 12 universitaire canadien. Au 60m haies, Emmanuel Hellequin a établi un record personnel avec un temps de 9.56 sec et une 4e position. William Bégin a obtenu une 10e position à cette épreuve lors des qualifications avec un temps de 10.22sec. Au lancé du poids 16 lbs, André Soucy a terminé à la 6e position après avoir propulsé le poids sur une distance de 11.41m. Au 1500m, Frédéric Girard a complété l’épreuve en 4min38.46 pour terminer en 35e position tandis que son coéquipier Bastien Arnoux a terminé la course en 4:54min57 pour une 41e position.

Cinq étudiants-athlètes des Inuk étaient sur la piste lors du 600m masculin. Marc-André Tremblay a réalisé le meilleur temps (1min27.22 / 12e), suivi de Bastien Gaboury (1min28.93 / 14e), William Bégin (1min29.63 / 17e), Robin Rulhmann (1min30.17 / 20e) et Nicolas Lemieux (1min34.40 / 30e). L’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin souligne qu’elle a été agréablement surprise par la performance de Bastien Gaboury, qui est habituellement un sprinter.  Finalement, au 60m, Mamadou Yatera a franchi la ligne d’arrivée à la 28e position (7.79 sec) tandis que Manuel Ladaverde a terminé à la 35e position avec un temps de 8.12 sec.

Après deux semaines d’entraînements, les Inuk seront de retour en compétition les 26 et 27 janvier à l’occasion du McGill Team Challenge.

 

Voici les résultats:

Lancé du poids 4kg féminin

6e Sarah-Ève Boily (9.92m)

600m féminin

17e Vivianne Harvey (1min46.96)

1500m féminin

Marie-Claire Côté (disqualifiée)

Saut à la perche féminin

8e Frédérique Lahoullier (1.50m)

Triple saut masculin

2e Bertrand Naon (12.87m)

60m haies masculin

4e Emmanuel Hellequin (9.56 sec)

10e William Bégin (10.22 sec)

Lancé du poids 16 lbs masculin

6e André Soucy (11.41m)

1500m masculin

35e Frédéric Girard (4min38.46)

41e Bastien Arnoux (4:54min57)

600m masculin

12e Marc-André Tremblay (1min27.22)

14e Bastien Gaboury (1min28.93)

17e William Bégin (1min29.63)

20e Robin Rulhmann (1min30.17)

30e Nicolas Lemieux (1min34.40)

60m masculin

28e Mamadou Yatera (7.79 sec)

35e Manuel Ladaverde (8.12 sec)

 

Crédit photo: P. Morin

Un tournoi riche en apprentissages

volley ball inuk 12813 - copie

Les Inuk ont pleinement profité de leur occasion de faire le point tout juste avant d’entamer la deuxième moitié de la saison lors de la Coupe de l’Est, qui prenait place la fin de semaine dernière. Un début plus difficile a laissé sa place à une belle fin de tournoi qui laisse présager beaucoup de positifs pour les matchs à venir.

Après un repos bien mérité lors de la période des fêtes, l’équipe de volleyball a repris ses activités jeudi dernier, quelques jours avant le début du tournoi. Cette deuxième moitié de saison marque l’arrivée d’une nouvelle joueuse, mais aussi quelques changements qui ont pu être testés lors de cette compétition hors saison.

Les Inuk ont entamé la fin de semaine avec une défaite de 3-1 face au Cégep de Jonquière (25-18, 25-12, 16-25 et 25-10), suivi d’une seconde défaite, cette fois-ci de 3-0 (25-13, 25-23 et 25-23) face au Maverick Gold Rush, une équipe ontarienne. Après un début plutôt instable, l’équipe chicoutimienne a toutefois retrouvé ses marques, et ainsi le chemin de la victoire en l’emportant 3-2 (25-11, 20-25, 25-27, 26-24 et 15-8) face à la Cité Collégiale. Malgré la cohésion de l’équipe qui s’améliorait au fil des matchs, les Inuk ont échappé une défaite de 3-2 (22-25, 25-18, 25-14, 15-25 et 15-11) contre l’ÉTS, ce qui n’aurait normalement pas dû arriver, selon l’entraîneur Ghyslain Bergeron. Les filles ont ensuite terminé le tournoi d’une belle façon en l’emportant 3-0 (25-21, 27-25 et 25-10) face à la Cité Collégiale.

« Ce tournoi est merveilleux pour relancer la saison. On a vu de belles choses et on a aussi vu ce qu’on devait améliorer. Il faut maintenant régulariser ce qui va bien et travailler sur le reste », souligne l’entraîneur en chef. Ce dernier tenait aussi à mentionner qu’il a apprécié voir le réveil offensif de certaines étudiantes-athlètes lors de ce tournoi.

Le prochain tournoi aura lieu les 19 et 20 janvier prochains. Les Inuk affronteront l’UQAR, l’UQTR et l’UQO.

Les Inuk lancent la saison d’athlétisme en force

26219468_10155879922496718_8570631772404002611_n

Les Inuk ont surpassé les attentes la fin de semaine dernière lors de l’Invitation Vert et Or avec des résultats plus que satisfaisants pour une première compétition. Parmi les victoires de chacun, on compte d’ailleurs deux deuxièmes positions qui ont fait briller l’UQAC dans le haut du classement.

Emmanuel Hellequin a surpris avec une deuxième position au 60m haies parcouru en un temps de 9.72sec, alors qu’il s’agissait de la première fois que l’étudiant-athlète prenait part à cette épreuve, lui qui réalise habituellement le 400m haies. Il a aussi obtenu une 21e position au 300m avec un temps de 39.96sec. Toujours du côté masculin, le médaillé de bronze au triple saut en 2017, Bertrand Naon a encore une fois performé dans cette discipline. Son saut de 12.83m lui a valu la deuxième position. Son entraîneuse, Anne-Marie Fortin, souligne qu’il est passé bien près de surpasser son record personnel qui est de 12,92m, ce qui augure bien pour le reste de la saison.  Il a aussi terminé 31e au 60m (7,62 sec).

Marc-André Tremblay, qui a terminé au 4e rang, a lui aussi obtenu une très bonne position au 600m en surpassant son record personnel avec un temps de 1min26.89. Son entraîneuse décrit sa course comme rusée, intelligente et rapide.
Trois Inuk s’affrontaient lors de l’épreuve du 300m. Pierre Faucher, un étudiant-athlète de première année a terminé sa course au 20e rang avec un temps de 39.36sec. Son équipier Mamadou Yatera a quant à lui réalisé la course en 40.70sec, ce qui lui a valu la 25e position. Ce dernier a aussi participé au 60m et a complété l’épreuve au 33e rang avec un temps de 7.72 sec. Au 1000m, Nicolas Lemieux, le seul représentant des Inuk, a terminé à la 25e position avec 2min58, ce qui représente une meilleure performance qu’à pareille date l’an dernier pour lui.

La seule étudiante-athlète féminine des Inuk qui participait à cette compétition, Viviane Harvey, a réalisé le 600m en 1min50 et s’est mérité la 8e place.

Seulement sept étudiants-athlètes ont pris part à cette compétition, pour différentes raisons, dont la météo qui en a empêché plus d’un de retourner dans la région à temps. Les Inuk pourront encore une fois impressionner à la prochaine compétition qui aura lieu le 13 janvier à l’Université Laval.

La saison d’athlétisme s’annonce prometteuse

ROUGE ET OR

Après les formations de cross-country et de volleyball féminin, c’est au tour de l’équipe d’athlétisme de donner le coup d’envoi à sa saison 2017-2018. Et c’est sous le signe de l’expérience que s’amorcera cette dernière le 6 janvier prochain, à l’occasion de l’Invitation Vert et Or. Le travail acharné des étudiants-athlètes et des entraîneurs tout au long de la saison dernière et lors des entraînements qui ont débuté dès le mois de septembre dernier ont porté fruit : la formation est plus expérimentée, plus mature et pourrait surprendre au courant de la saison.

Ceux qui étaient des recrues l’an dernier sont maintenant de retour en force pour performer, mais aussi pour guider leurs nouveaux coéquipiers. Même si peu nombreux, les nouveaux étudiants-athlètes ont déjà un bagage dans d’autres disciplines sportives et pourront mettre leurs forces à profit.  « Je crois que nous pourrons voir une différence dans l’autonomie et l’attitude des étudiants-athlètes cette année », explique l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin.

L’équipe – majoritairement masculine et composée de 24 étudiants-athlètes – pourra encore cette année compter sur l’expérience de ses membres, qui sont issus du Québec et de l’étranger. Les porte-couleurs de l’université chicoutimienne seront présents dans presque toutes les disciplines d’athlétisme afin de maximiser leurs chances de se démarquer.

Les objectifs de cette saison ne sont pas fixés en termes de résultats, mais plutôt en termes d’amélioration personnelle. La première compétition de la saison sera une belle occasion de voir où se situent les étudiants-athlètes par rapport à l’an dernier. L’entraîneuse en chef constate vraiment un désir de victoire cette saison. « L’esprit d’équipe est très présent encore cette année, mais je sens vraiment le désir de performer. Le sentiment d’appartenance est fort cette année », mentionne-t-elle.

Une première moitié de saison à la hauteur des attentes

Après deux compétitions et des mois d’entraînement, l’équipe de volleyball des Inuk peut affirmer qu’elle est en bonne position pour le championnat provincial. La pause de fêtes, qui arrive à mi-saison est l’occasion pour l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron, de faire le bilan de la première moitié de saison, qui a été très positive.

« Nous voulions avoir une équipe unie, rester dans les équipes en tête du classement et être en bonne position pour se démarquer au championnat provincial. Nous sommes dans cette situation alors nous pouvons dire que nous sommes satisfaits », explique-t-il. Sur un total de six matchs joués, les Inuk ont une fiche de cinq victoires, ce qui les place au deuxième rang, mais à égalité avec Trois-Rivières, qui occupe la première position. Même si leur participation à l’ultime tournoi est assurée, M, Bergeron souligne qu’il s’agit d’un gros défi et qu’aucune équipe ne doit être prise à la légère.

L’équipe a réussi à maintenir un bon rendement avec des étudiantes-athlètes clés comme Sarah-Pier Babin, Marianne Tremblay, Sandrine Mailloux, Jessica Michaud, Allyson English et la recrue Arianne Marois, qui a démontré beaucoup de volonté et de potentiel.

Dès le début de la saison, l’équipe a dû compétitionner avec un nombre limité d’étudiantes-athlètes, ce qui a forcé ces dernières à être beaucoup sur le terrain, mais la situation sera modifiée au retour du congé des fêtes.

De nouvelles recrues s’amènent

Les Inuk pourront compter sur trois nouvelles recrues dès le mois de janvier, par contre, seulement l’une d’entre elles pourra intégrer le jeu tout de suite, en raison de certains règlements. Les deux autres pourront toutefois s’entraîner avec l’équipe en attendant leur arrivée officielle. « Elles vont donner de la profondeur à l’entraînement. On va pouvoir pratiquer des jeux avec plus de joueuses », mentionne l’entraîneur.

Alexan Huber, qui pourra quant à elle participer aux prochains tournois, s’entraîne depuis le début de l’année avec l’équipe. L’étudiante-athlète en administration, originaire de Granby, saura contribuer à sa façon au succès de l’équipe. « Elle a beaucoup de potentiel et travaille fort pour se développer. En étant notre 10e joueuse, elle va permettre de stabiliser le jeu », commente M. Bergeron.

La Coupe de l’Est, un tournoi hors-saison opposant plusieurs équipes canadiennes de différents niveaux du 5 au 7 janvier, sera une belle occasion pour l’entraîneur de voir sa nouvelle protégée à l’œuvre avec le reste de l’équipe, dans une situation de compétition.

L’entraîneur en chef se réjouit de voir la force de recrutement grandissante des Inuk. « Notre programme de sport universitaire est de plus en plus attirant. Notre équipe performe depuis plusieurs années et est maintenant reconnue sur la scène provinciale », termine-t-il.

 

Se relever en équipe

volley ball inuk 12825 - copie

VOLLEYBALL: Le deuxième tournoi de la saison des Inuk a offert à l’équipe plusieurs défis et une occasion d’apprendre. Malgré des moments plus difficiles, les étudiantes-athlètes ont su se relever et retrouver sur niveau de jeu habituel pour terminer avec une superbe victoire.

Les Inuk avaient rendez-vous avec l’UQAR vendredi soir pour donner le coup d’envoi au deuxième tournoi de cette saison. L’équipe semblait tendue et le match a été plus difficile que prévu. Malgré un premier set qui leur a donné du fil à retordre, les joueuses ont se sont repris pour terminer le match avec une victoire de 3-2.

La deuxième équipe à affronter était les Patriotes de l’UQTR et l’entraîneur en chef des Inuk était conscient du défi qui les attendait.  « Avec une défaite de 3-0, malheureusement, nous n’avons pas offert la résistance attendue. Nous avons tout de même marqué des points, ce qui montre que nous aurions pu faire mieux si nous avions joué à la hauteur de nos capacités », explique Ghyslain Bergeron.

Les Inuk n’allaient toutefois pas terminer le tournoi ainsi. Les étudiantes-athlètes se sont rassemblées avant le troisième match pour faire une mise au point sur tous les aspects du jeu et cette rencontre a porté fruit. Malgré la détermination de l’ETS, les Inuk ont joué à la hauteur de leur capacité pour se sauver avec une convaincante victoire de 3-0.

L’entraîneur en chef a d’ailleurs beaucoup apprécié voir la détermination de ses joueuses après cette mise au point. Il souligne aussi au passage le travail de la recrue Arianne Marois qui a montré beaucoup de constance tout au long du tournoi. Le travail offensif de Jessica Michaud et le jeu défensif de Sarah-Pier Babin n’ont pas non plus passé inaperçu.

« Notre objectif était de remporter au moins deux matchs sur trois cette fin de semaine, je suis donc satisfait. Nous avons maintenant cinq victoires en six matchs, tout comme l’UQTR. Les prochains tournois détermineront quelles équipes iront au championnat provincial, mais nous sommes en bonne position », soutient l’entraîneur en chef.

Lancement de l’édition 2017-2018 de la Loto Inuk

DSC_1298 - copie

L’organisation des Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a procédé dernièrement au lancement de l’édition 2017-2018 de la Loto Inuk, la plus importante activité de financement pour le programme de sport universitaire à l’UQAC. Le succès de la dernière édition a donné raison aux organisateurs, qui reviennent pour une deuxième année avec cette formule accessible.

Cinq tirages de 1 000 $ en argent comptant auront lieu entre les mois de novembre et de mars. Au coût de 20 $, les 1 000 billets en circulation sont en vente via le site Web des Inuk (inuk.uqac.ca), au Pavillon sportif de l’UQAC et par les entraîneurs, ambassadeurs et étudiants-athlètes. « Nos étudiants-athlètes sont nos meilleurs ambassadeurs : ils sont le reflet du dynamisme de notre programme. Il nous apparaît évident qu’ils sont les mieux placés pour promouvoir cette activité de financement », soutient le responsable du sport universitaire, Philippe Gagnon.

L’an dernier, plus de 700 billets ont été vendus et l’objectif est encore plus élevé pour cette édition. « Avec cette formule, nous avons réussi à joindre tout le monde, autant la communauté universitaire que la population de Saguenay en général, afin de faire connaître les Inuk dans la région. Nous espérons vendre près de 1000 billets cette année », mentionne Philippe Gagnon.

Construire un programme de sport universitaire tel que les Inuk constitue un défi de taille nécessitant, entre autres, un financement considérable. Les montants amassés par cette activité permettront de contribuer aux activités quotidiennes du programme, qui comprennent les déplacements, la rémunération des entraîneurs et l’achat d’équipement. « Soutenir le développement sportif, professionnel et personnel de ces étudiants-athlètes, augmenter leur sentiment d’appartenance, dynamiser leur milieu et offrir à tous les gens de la région un modèle d’excellence, c’est d’abord et avant tout contribuer au rayonnement et à la prospérité de toute une région », termine le responsable du sport universitaire.

À propos des Inuk

Les Inuk portent dignement les couleurs de l’UQAC sur la scène sportive universitaire québécoise depuis 2006. Répartis au sein de trois équipes, soit l’athlétisme, le cross-country et le volleyball féminin, ces quelque 50 étudiants-athlètes incarnent l’excellence sportive et scolaire. Constamment au cœur de nos décisions et de notre engagement, le sport universitaire se développe à l’UQAC avec des valeurs basées sur le respect, le plaisir, la rigueur, le dépassement de soi, la loyauté et la solidarité.

Sur la photo:

Mario Ruel, Directeur – Service des activités et aménagements sportifs
Martin Côté, Vice-recteur aux affaires étudiantes et Secrétaire général
Simon Latulippe, Registraire – Bureau du registraire
Gina Gagnon, Directrice – Services aux étudiants

 

Des records personnels à l’honneur

ROUGE ET OR

Les étudiants-athlètes de l’équipe de cross-country ont bouclé la boucle, samedi dernier, à l’occasion du Championnat provincial qui prenait place au Parc Maisonneuve à Montréal. Malgré les très bonnes et les moins bonnes performances, l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin, retient l’effort de chacun, mais surtout l’amélioration de ceux-ci.

Du côté masculin, Charles-Olivier Huapaya-Proulx a réalisé le meilleur temps de son équipe et par le fait même, son meilleur temps à vie, avec 35min37 et une 54e position. L’an dernier lors de la même compétition, il avait réalisé un temps avoisinant les 41min, ce qui représente une amélioration considérable que son entraîneuse tenait à souligner.

C’est ensuite Robin Ruhlmann qui a franchi la ligne d’arrivée en parcourant le 10 km en 36min41. Frédéric Girard (36min55), Florent Bougon (37min50), Nicolas Lemieux (41min31), qui s’est d’ailleurs amélioré de cinq minutes par rapport à l’an dernier et Vincent Leclerc (43min07) qui ont terminé la course.

De façon générale, Anne-Marie Fortin se dit très satisfaite de ce qu’elle a vu. « Ils ont bien géré la course et presque tous les garçons ont réalisé leur meilleur temps, ce qui signifie beaucoup pour moi. Ce qui était important, c’était les temps et l’amélioration, pas vraiment les positions.

Du côté féminin, Sandrine Thibault a réalisé le meilleur temps avec 38min28 pour parcourir le 8km, ce qui représente une excellente performance selon son entraîneuse. C’est ensuite Léa Vandermersh (39min40) et Maéli Rioux-Larouche (39min47) qui ont complété la dernière compétition de la saison.  Malheureusement, Marie-Claire Côté et Hélène Genay ont dû abandonner la course avant la fin, malgré leur désir de réussir cette dernière épreuve.

« Même si les résultats n’ont pas toujours été à l’image des efforts qui ont été fournis, je suis fière de la saison de l’équipe. Tout le monde s’est vraiment impliqué, l’esprit d’équipe est présent depuis le début et je suis certaine que les étudiants-athlètes ont beaucoup appris », termine l’entraîneuse en chef.

La grande majorité des étudiants-athlètes de l’équipe de cross-country poursuivront leur entraînement avec l’équipe d’athlétisme, dont la saison débutera après les fêtes.

Une fin de semaine parfaite pour nos Inuk

volley ball inuk 12795

Le défi lancé par l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron, a été relevé haut la main par l’équipe féminine de volleyball des Inuk en fin de semaine dernière, à l’occasion du premier tournoi de la saison. Les étudiantes-athlètes ont été parfaites devant leurs partisans avec trois victoires en trois occasions, comme le souhaitait leur entraîneur.

Les Inuk avaient rendez-vous avec le Nordet de l’UQAR pour donner le coup d’envoi à la saison 2017-2018, avec un match haut en couleur. L’équipe chicoutimienne a remporté la première manche assez facilement, par la marque de 25 à 13, ainsi que la deuxième (25-23), mais le Nordet n’avait pas dit son dernier mot. Ce dernier est sorti vainqueur des deux autres manches (26-24 et 25-21) et a forcé la tenue d’une cinquième et ultime manche, que les Inuk ont d’ailleurs remportée (15-6), permettant d’ajouter une première victoire de la saison, par la marque de 3-2.

Les Piranhas de l’ETS ont offert une résistance tout aussi forte aux Inuk pour leur deuxième match de la saison. Alors que l’ETS a pris l’avance dans le match en remportant la première manche 25-23, les Inuk ont fait preuve de détermination et ont repris les choses en main. La troupe de Ghyslain Bergeron a alors excellé dans les trois manches suivantes (25-20, 25-19 et 25-23) pour se sauver avec une deuxième victoire par la marque de 3-1.

« Les filles ont connu des creux, mais elles ont toujours été capables de remonter et c’est bon signe. Elles ont beaucoup appris. Elles sont allées chercher de la cohésion, de la continuité dans le jeu et sont toujours remontées même dans les moments difficiles », mentionne l’entraîneur en chef. Il souligne par le passage le travail constant de Jessica Michaud et Marianne Tremblay qui ont beaucoup aidé à revenir de l’arrière à certains moments. Le potentiel des recrues comme Arianne Marois et Élise Imbeau l’a aussi beaucoup impressionné.

Un peu comme à l’image du premier match, les Inuk avaient pris l’avance lors du troisième affrontement contre les Torrents de l’UQO. Après deux manches remportés par la troupe locale (25-23 et 25-15), l’UQO a été vainqueur des deux suivantes (26-24 et 26-24). Les Inuk ont toutefois remporté l’ultime manche 16-18, pour terminer la fin de semaine en beauté avec une victoire de 3-2.

« Nous ne nous sommes pas donné une tâche facile, puisqu’il nous a fallu quatre à cinq sets pour obtenir la victoire à chaque fois, mais je suis fière et satisfaite du travail et de la cohésion de l’équipe », explique la capitaine Sandrine Mailloux.

Des équipes de même calibre

La force équivalente des quatre équipes qui étaient présentes cette fin de semaine au Pavillon sportif, à l’occasion de ce tournoi, saute aux yeux. Contrairement à l’habitude, seulement un affrontement s’est terminé en trois manches. L’entraîneur des Inuk avait prévenu ses joueuses : aucune équipe ne devra être prise à la légère cette année. « C’est le plus beau niveau de jeu que j’ai vu dans les quatre dernières années », affirme M. Bergeron.

« Maintenant, c’est à nous de prouver qu’on mérite la place qu’on a obtenue cette fin de semaine. »