Archives pour la catégorie Volley-ball féminin

Le positif derrière la défaite

20181019_INUK_Volleyball-19

Parfois, le résultat final ne représente pas exactement l’effort qui a été fourni. C’est ce qui est arrivé la fin de semaine dernière avec l’équipe féminine de volleyball des Inuk. Même les Chicoutimiennes sont revenues avec seulement une victoire et deux défaites, l’entraîneur Luc Martel voit le positif et souligne l’attitude de ses protégées.

Les Inuk avaient rendez-vous avec l’UQAR lors de leur premier match et l’ont emporté par la marque de 3-1. Même si l’équipe de Rimouski occupe actuellement le 4erang de la ligne, elle a toutefois donné du fil à retordre à l’UQAC qui a dû bien se défendre pour quitter le terrain avec la victoire. « Ce n’est pas vraiment facile de jouer à 21h le vendredi soir. Il y a la route, la fatigue de la semaine. Les étudiantes-athlètes avaient beaucoup d’examens dernièrement », explique l’entraîneur en chef, Luc Martel.

Le deuxième affrontement, qui opposait l’UQAC à l’ETS a été haut en émotions. L’équipe de Montréal, que les Inuk n’avaient jamais vu cette saison, a offert une très belle performance qui lui a permis de remporter le match 3-1. « Ça aurait dû aller en 5emanche. Nous étions partout en défensive. Malgré la défaite, je vois beaucoup de positif. Les filles ont démontré une belle attitude et elles ont ce qu’il faut pour battre l’ETS au courant de la saison », raconte l’entraîneur. L’histoire s’est répétée pour le 3ematch, alors que l’UQTR, l’équipe championne de la saison dernière, a remporté le match 3-0. « Nous avons réussi à challenger les Patriotes, mais comme pour le match précédent, nous avons mal terminer. C’est le sprint final qui est défaillant », termine-t-il.

Par rapport au premier tournoi, Luc Martel voit une amélioration. « La cohésion d’équipe est nettement meilleure. Les filles ont vraiment une belle chimie. Elles ont aussi amélioré les solutions d’attaque pour réussir à trouver l’emplacement optimal pour le ballon ».

Les Inuk auront la chance de se reprendre les 23 et 24 novembre prochain à l’occasion du troisième tournoi de la saison.

Un premier tournoi sous le signe du succès pour les Inuk

D4S_1512 2

Les Inuk ont donné le coup d’envoi à la saison de volleyball féminin division 2 cette fin de semaine devant leurs partisans réunis au Pavillon sportif de l’UQAC. La troupe de Luc Martel a réussi à amasser deux victoires sur un total de trois matchs, une bonne performance en général selon ce dernier.

La formation chicoutimienne avait rendez-vous vendredi soir avec les Patriotes de l’UQTR, l’équipe championne des deux dernières saisons.  Une magnifique deuxième manche et plusieurs beaux échanges de ballons n’auront pas été suffisants pour que les Inuk remportent leur premier match de la saison, qui s’est terminé par la marque de 3-0 (25-17, 25-17 et 25-16). « On s’est bien battu. On a montré qu’on était de calibre face à l’équipe favorite », commente l’entraîneur en chef, Luc Martel.

Les Inuk devaient ensuite affronter les Torrents de l’UQO samedi matin. Un bon contrôle et une bonne réception de balle leur ont permis de remporter le match assez facilement 3-0 (25-18, 25-18 et 25-20). Pour terminer le tournoi, l’équipe locale allait croiser le fer avec le Nordet de l’UQAR. « Je voyais que les filles commençaient à être fatiguées, mais elles ont su rester concentrées et ont appliqué mes conseils », explique Luc Martel. Ce travail a été payant, puisque les Inuk ont terminé le tournoi en beauté, avec une victoire de 3-0 (25-23, 25-20 et 25-18).

L’entraîneur souligne la performance de ses protégées dans certaines phases du jeu. Il a aussi vraiment apprécié le travail à la défense, en plus des magnifiques balles sauvées qui ont donné tout un spectacle aux partisans présents. « Je voulais qu’on implante bien le système de jeu et qu’on soit compétitifs, ce qui a été fait », ajoute Luc Martel. Après un tournoi, les Inuk se trouvent au deuxième rang du classement général, avec deux victoires et une défaite.

Un premier tournoi pour Luc Martel

Après le départ de Ghyslain Bergeron la saison dernière, Luc Martel a fait ses premiers pas dans le volleyball universitaire cette fin de semaine. Il se dit emballé par son premier tournoi. « C’était vraiment plaisant. Le format de compétition est très agréable. J’ai, par contre, hâte de voir des matchs plus longs qui ne se terminent pas 3-0 », lance-t-il en riant.

En résumé :

UQAC vs UQTR : défaite 3-0 (25-17, 25-17 et 25-16)

UQAC vs UQO : victoire 3-0 (25-18, 25-18 et 25-20)

UQAC vs UQAR : victoire 3-0 (25-23, 25-20 et 25-18)

Les Inuk remettent 18 000$ en bourses

DSC_4361 copie

Les Inuk de l’Université du Québec sont fiers d’avoir remis 14 bourses totalisant un montant record de 18 000$ aux étudiants-athlètes qui se sont illustrés tout au long de la saison. Que ce soit pour l’excellence académique, le leadership, l’amélioration ou les performances sportives, les différents lauréats ont chacun reçu entre 1 000 et 1 500$. Le montant total de 18 000$ représente une bonification importante par rapport aux années précédentes alors que les bourses totalisaient un montant qui variait entre 10 000$ et 13 000$.

Ces bourses sont un moyen de souligner l’excellence des étudiants-athlètes tout en contribuant financièrement à leur développement durant la période universitaire. « Les bourses représentent souvent un facteur important dans la décision du choix de l’institution par l’étudiant-athlète », témoigne le responsable du sport universitaire à l’UQAC, Philippe Gagnon. Il souligne aussi la participation de l’association étudiante, le MAGE UQAC qui accorde une grande place aux Inuk lors de la négociation de partenariats avec l’entreprise privé. La synergie que crée le MAGE entre ses fournisseurs et les Inuk permet d’offrir un nombre aussi important de bourses aux étudiants-athlètes. La Corporation d’aide au Pavillon Sportif (CAPS) a aussi rendu possible cette remise de bourse en contribuant financièrement à ce moment important qui met un terme à la saison 2017-2018.

Voici les récipiendaires des bourses d’excellence des Inuk pour la saison 2017-2018

Excellence académique – André Dorion (1 500$) : Sarah-Pier Babin – Enseignement adaptation scolaire et sociale

Amélioration sportive – Coca-Cola (1 500$) : Sarah-Ève Boily – Kinésiologie

Excellence sportive et académique – CAPS (1 500$ et 1 000$) : Viviane Harvey – Kinésiologie et Charles Olivier Huapaya Proulx – Maitrise en sciences cliniques et biomédicales

Leadership – Molson (1 000$) : Sandrine Laflamme Thibault – Sciences (réadaptation)

Contribution – Pepsi (1 500$ et 1 000$) : Nicolas Lemieux – Kinésiologie et Marianne Tremblay – Sciences (réadaptation)

Excellence sportive – Pepsi (4 x 1 500$ et 1 x 1 000$) : Sandrine Mailloux – Sciences comptables, Arianne Marois – Psychologie, Jessica Michaud – enseignement des mathématiques, Bertrand Naon – Génie civil et Jonathan Riverin – Sciences comptables

Année recrue – Pepsi (2 x 1 000$) : Marc-André Tremblay – Génie électrique et Robin Ruhlmann – DESS en gestion de projet

Sur la photo: Mario Ruel, directeur du Pavillon Sportif, Sarah-Ève Boily (athlétisme-lancer du poids), Marianne Tremblay (volleyball) et Philippe Gagnon, responsable du sport universitaire.

Luc Martel: Un nouvel entraîneur-chef pour l’équipe de volleyball des Inuk

DSC_4176 - copie

Les Inuk de l’Université du Québec sont fiers d’annoncer l’arrivée de Luc Martel à titre d’entraîneur en chef de l’équipe féminine de volleyball. Déjà impliqué dans le sport régional depuis plusieurs années, notamment avec le Club de volleyball Saguenay (CVS), il saura faire profiter l’équipe de son expérience et de sa détermination.

Depuis deux ans, Luc Martel occupe le poste d’agent de développement pour le Club de volleyball Saguenay. Débordant d’initiatives, on lui doit d’ailleurs la mise en place d’un circuit régional de volleyball de plage qui ne cesse de gagner en popularité. Aussi entraîneur pour le CVS depuis maintenant cinq ans pour les sections sport-étude et jeunesse, il cumule les succès avec ses protégés. Sur la liste on compte notamment une médaille d’argent au championnat canadien division 1 en 2017, une de bronze au championnat provincial U16 D1 la même année et une autre de bronze au championnat provincial U15 D1 en 2016. Au cours des dernières années, ses équipes ont aussi été invitées dans plusieurs événements regroupant les meilleures équipes du pays.

Pour le nouvel entraîneur de l’équipe de volleyball des Inuk qui a aussi étudié à l’UQAC au Baccalauréat en science de l’activité physique et à la santé, il s’agit d’un défi qu’il est particulièrement excité de relever. Il souhaite accompagner les étudiantes-athlètes dans leur quête de l’excellence. « C’est un vaste concept. Ce sont les résultats, mais aussi l’implication dans toutes les facettes du sport. C’est aussi la recherche constante de l’amélioration », explique-t-il. Entraîneur perfectionniste et investi, il accorde une grande importance à la relation d’équipe « Je suis aussi un membre de l’équipe. Il faut travailler tous ensemble pour réussir » avance M. Martel.

« Nous sommes vraiment contents de pouvoir compter sur Luc dans notre équipe. Il est réellement investi dans le volleyball et il le connaît le circuit régional et provincial en profondeur. Nous aimons aussi vraiment sa vision de la relation entraineur-athlètes », confie le responsable du sport universitaire, Philippe Gagnon.

Les Inuk sont présentement en mode recrutement pour la prochaine saison. Le nouvel entraîneur désire aller chercher des talents qui désirent se développer et travailler vers l’excellence. Il ajoute que les étudiants-athlètes peuvent provenir de différents sports. Il en est d’ailleurs la preuve vivante, lui qui était un joueur de football et de baseball de haut niveau avant d’avoir un coup de foudre pour le volleyball.

Ghyslain Bergeron accroche son sifflet

D4S_4302

Après avoir grandement contribué au développement du volleyball universitaire à l’UQAC durant les quatre dernières années en se dévouant et en mettant à profit son expérience, Ghyslain Bergeron tire sa révérence en tant qu’entraîneur en chef de l’équipe de volleyball des Inuk. Après une carrière bien remplie, il souhaite maintenant prendre du temps pour lui et sa famille.

L’année 2017-2018 a été haute en couleur pour l’homme d’expérience. Après une saison remplie d’embûches, il aura permis à l’équipe de remporter la médaille de bronze lors du championnat provincial, en plus d’être reconnu comme entraîneur de l’année, un prix décerné par ses pairs. Très humble, il tenait à souligner le travail des entraîneuses-adjointes qui ont aussi contribué aux réussites de l’équipe. En seulement quatre saisons, il aura remporté un titre de championnat, une médaille d’argent, une médaille de bronze, deux titres d’entraîneur de l’année.

Durant les quatre dernières années, M. Bergeron s’est investi dans le sport universitaire sans compter ses heures. « C’était vraiment rassurant d’avoir un homme d’expérience comme lui à la tête de l’équipe. Il a travaillé toujours plus que ce qui était demandé, afin d’atteindre des objectifs élevés. On peut voir que son travail a vraiment porté fruit puisque l’équipe n’est plus de tout ce qu’elle était avant son arrivée », explique le responsable du sport universitaire à l’UQAC, Philippe Gagnon.

Sa femme, Michèle Routhier, a œuvré dans l’ombre ces dernières années en tant qu’entraîneuse-adjointe de l’équipe. Son travail bénévole incroyable a grandement contribué au succès des Inuk. Elle a dirigé avec brio l’équipe lorsque l’occasion était nécessaire. Toujours présente, sa relation avec les joueuses et sa présence maternelle ont été vraiment précieuses.

Après avoir complété un Baccalauréat en Sciences de l’éducation physique, M. Bergeron a occupé un poste d’enseignant tout en s’impliquant dans le volleyball régional et provincial, notamment la Fédération de volleyball du Québec, l’Association régionale de volleyball, les Inuk de 1978 à 1980 et ensuite avec le club les Hirondelles, avec qui il a remporté deux championnats provinciaux. Il aura aussi transmis son savoir au fil des années en formant la relève des entraîneurs.

Statistiques de l’entraîneur avec les Inuk

Victoires en saison régulière : 31

Défaites en saison régulière : 17

Classement lors de la saison 2014-2015 : 4e position

Classement lors de la saison 2015-2016 : 1e position

Classement lors de la saison 2016-2017 : 2e position

Classement lors de la saison 2017-2018 : 2e position

Une médaille de bronze pour l’UQAC

29432767_10216559731484400_7933947428846725732_n

L’équipe de volleyball des Inuk a remporté le bronze lors du championnat provincial qui se déroulait la fin de semaine dernière à Montréal. Malgré divers évènements qui ont ébranlé la préparation des étudiantes-athlètes, ces dernières se sont levées pour terminer le tournoi en beauté et sortir victorieuses.

Pour la demi-finale de vendredi soir, les Inuk avaient rendez-vous avec les Piranhas de l’ETS. Les deux équipes ont d’ailleurs terminé la saison avec chacune huit victoires et quatre défaites, ce qui les a placés à égalité au classement. La chaude lute au classement ne s’est toutefois pas reflété dans le match de vendredi, alors que les Inuk se sont inclinés par la marque de 3-0 (26-24, 25-18 et 25-22). L’entraîneur en chef, Ghyslain Harvey, ne cache pas sa déception quant au résultat final, mais concède que certains facteurs ont nui à son équipe. « La foule locale et l’aspect protocolaire étaient très imposants, ce qui a déstabilisé l’équipe. Nous avons aussi eu des blessures cette semaine, ce qui a dérangé la préparation. Il faut le dire, l’ETS a mieux joué que nous », explique celui qui croit que si les Inuk avaient gagné la première manche, l’issue du match aurait pu être différente.

Il n’était, pas contre, pas question pour l’équipe chicoutimienne de retourner à la maison les mains vides. La finale de bronze, contre Rimouski était l’occasion d’oublier le match de la veille. Par contre, leurs adversaires aussi avaient le même objectif et ont commencé l’affrontement en lion en remportant la première manche 25-16. Les nouveaux talents des Inuk, Jessica Michaux, Maïda Beaulieu et Alexan Huber, comme a mentionné M. Bergeron, se sont levés et ont transporté l’équipe vers la victoire. À la suite d’un ajustement défensif qui a permis de faire tourner le vent et qui a donné lieu à des jeux spectaculaires, les Inuk ont reporté les trois manches suivantes 25-19, 25-21 et 25-16 pour terminer le match 4-1.

Même si l’objectif en début de saison était de faire la finale d’or, l’entraîneur est satisfait du dernier match du tournoi. « Étant donné les blessures et tout ce qui est arrivé, je n’aurais pas pu demander mieux », explique-t-il. Il ajoute qu’il aurait été vraiment déçu de perdre le match de samedi contre Rimouski, puisque les Inuk ont battu cette équipe à trois reprises en trois occasions cette saison. Il est à noter que chaque affrontement entre les deux équipes s’est terminé en cinq manches, alors que cette fois-ci, les Inuk auront eu raison de leur adversaire en quatre manches.

En terminant, M. Bergeron mentionne que Jessica Michaud a été la joueuse de la fin de semaine. « Elle était partout, elle a prouvé qu’elle a sa place sur l’équipe d’étoiles du RSEQ ».

Un pas de plus vers le championnat provincial

volley ball inuk 12801 - copie

Malgré les blessures qui affectent l’équipe, les Inuk ont réussi à atteindre leur objectif cette fin de semaine à Rimouski, lors du troisième tournoi de la saison, en remportant deux matchs sur un total de trois.

Les Inuk ont eu le dessus lors du premier match, malgré une très bonne performance de la part du Nordet de l’UQAR en présence de ses partisans. Après avoir alterné les victoires de sets, l’équipe chicoutimienne a dominé le dernier set 15 à 12 pour remporter le match 3 à 2. L’entraîneur en chef, Ghyslain Harvey, souligne que son équipe a réussi à contrer la meilleure attaquante de l’UQAR, ce qui représente un point très positif.

Pour le deuxième match du tournoi, les Inuk avaient rendez-vous avec les Patriotes de l’UQTR, l’équipe qui trône au sommet de la ligue. Malgré plusieurs bonnes séquences où les Inuk ont réussi à prendre l’avance, l’instabilité de l’équipe chicoutimienne a fait que les Patriotes ont remporté le match 3 à 0. « Nous avons fait de très bons échanges sur le terrain. L’UQTR n’est pas imbattable, nous souhaitons vraiment avoir une victoire contre eux d’ici la fin de la saison », mentionne l’entraîneur en chef.

Les étudiantes-athlètes de l’équipe chicoutimienne ont terminé le tournoi avec brio en remportant le match 3 à 0 face aux Torrents l’UQO. Malgré un set un peu plus serré, les Inuk ont dominé en grande partie cette rencontre. « Nous ne nous sommes jamais sentis en difficulté dans ce match. Les filles ont montré de belles aptitudes et un très bon taux de réussite des attaques », explique M. Bergeron.

En regardant l’ensemble du tournoi, l’entraîneur est satisfait de ce qu’il a vu. « Nous sommes en train de mettre un nouveau système en place, mais les services et les réceptions se sont beaucoup améliorés. Il reste encore à travailler la précision, mais nous sommes dans nos objectifs. » Il termine en soulignant le travail de Sarah-Pier Babin, Arianne Marois et Maïda Beaulieu qui se sont démarquées cette fin de semaine.

Les Inuk auront rendez-vous les 16 et 17 février en Outaouais pour le dernier tournoi avant le championnat provincial.

Un tournoi riche en apprentissages

volley ball inuk 12813 - copie

Les Inuk ont pleinement profité de leur occasion de faire le point tout juste avant d’entamer la deuxième moitié de la saison lors de la Coupe de l’Est, qui prenait place la fin de semaine dernière. Un début plus difficile a laissé sa place à une belle fin de tournoi qui laisse présager beaucoup de positifs pour les matchs à venir.

Après un repos bien mérité lors de la période des fêtes, l’équipe de volleyball a repris ses activités jeudi dernier, quelques jours avant le début du tournoi. Cette deuxième moitié de saison marque l’arrivée d’une nouvelle joueuse, mais aussi quelques changements qui ont pu être testés lors de cette compétition hors saison.

Les Inuk ont entamé la fin de semaine avec une défaite de 3-1 face au Cégep de Jonquière (25-18, 25-12, 16-25 et 25-10), suivi d’une seconde défaite, cette fois-ci de 3-0 (25-13, 25-23 et 25-23) face au Maverick Gold Rush, une équipe ontarienne. Après un début plutôt instable, l’équipe chicoutimienne a toutefois retrouvé ses marques, et ainsi le chemin de la victoire en l’emportant 3-2 (25-11, 20-25, 25-27, 26-24 et 15-8) face à la Cité Collégiale. Malgré la cohésion de l’équipe qui s’améliorait au fil des matchs, les Inuk ont échappé une défaite de 3-2 (22-25, 25-18, 25-14, 15-25 et 15-11) contre l’ÉTS, ce qui n’aurait normalement pas dû arriver, selon l’entraîneur Ghyslain Bergeron. Les filles ont ensuite terminé le tournoi d’une belle façon en l’emportant 3-0 (25-21, 27-25 et 25-10) face à la Cité Collégiale.

« Ce tournoi est merveilleux pour relancer la saison. On a vu de belles choses et on a aussi vu ce qu’on devait améliorer. Il faut maintenant régulariser ce qui va bien et travailler sur le reste », souligne l’entraîneur en chef. Ce dernier tenait aussi à mentionner qu’il a apprécié voir le réveil offensif de certaines étudiantes-athlètes lors de ce tournoi.

Le prochain tournoi aura lieu les 19 et 20 janvier prochains. Les Inuk affronteront l’UQAR, l’UQTR et l’UQO.

Une première moitié de saison à la hauteur des attentes

Après deux compétitions et des mois d’entraînement, l’équipe de volleyball des Inuk peut affirmer qu’elle est en bonne position pour le championnat provincial. La pause de fêtes, qui arrive à mi-saison est l’occasion pour l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron, de faire le bilan de la première moitié de saison, qui a été très positive.

« Nous voulions avoir une équipe unie, rester dans les équipes en tête du classement et être en bonne position pour se démarquer au championnat provincial. Nous sommes dans cette situation alors nous pouvons dire que nous sommes satisfaits », explique-t-il. Sur un total de six matchs joués, les Inuk ont une fiche de cinq victoires, ce qui les place au deuxième rang, mais à égalité avec Trois-Rivières, qui occupe la première position. Même si leur participation à l’ultime tournoi est assurée, M, Bergeron souligne qu’il s’agit d’un gros défi et qu’aucune équipe ne doit être prise à la légère.

L’équipe a réussi à maintenir un bon rendement avec des étudiantes-athlètes clés comme Sarah-Pier Babin, Marianne Tremblay, Sandrine Mailloux, Jessica Michaud, Allyson English et la recrue Arianne Marois, qui a démontré beaucoup de volonté et de potentiel.

Dès le début de la saison, l’équipe a dû compétitionner avec un nombre limité d’étudiantes-athlètes, ce qui a forcé ces dernières à être beaucoup sur le terrain, mais la situation sera modifiée au retour du congé des fêtes.

De nouvelles recrues s’amènent

Les Inuk pourront compter sur trois nouvelles recrues dès le mois de janvier, par contre, seulement l’une d’entre elles pourra intégrer le jeu tout de suite, en raison de certains règlements. Les deux autres pourront toutefois s’entraîner avec l’équipe en attendant leur arrivée officielle. « Elles vont donner de la profondeur à l’entraînement. On va pouvoir pratiquer des jeux avec plus de joueuses », mentionne l’entraîneur.

Alexan Huber, qui pourra quant à elle participer aux prochains tournois, s’entraîne depuis le début de l’année avec l’équipe. L’étudiante-athlète en administration, originaire de Granby, saura contribuer à sa façon au succès de l’équipe. « Elle a beaucoup de potentiel et travaille fort pour se développer. En étant notre 10e joueuse, elle va permettre de stabiliser le jeu », commente M. Bergeron.

La Coupe de l’Est, un tournoi hors-saison opposant plusieurs équipes canadiennes de différents niveaux du 5 au 7 janvier, sera une belle occasion pour l’entraîneur de voir sa nouvelle protégée à l’œuvre avec le reste de l’équipe, dans une situation de compétition.

L’entraîneur en chef se réjouit de voir la force de recrutement grandissante des Inuk. « Notre programme de sport universitaire est de plus en plus attirant. Notre équipe performe depuis plusieurs années et est maintenant reconnue sur la scène provinciale », termine-t-il.

 

Se relever en équipe

volley ball inuk 12825 - copie

VOLLEYBALL: Le deuxième tournoi de la saison des Inuk a offert à l’équipe plusieurs défis et une occasion d’apprendre. Malgré des moments plus difficiles, les étudiantes-athlètes ont su se relever et retrouver sur niveau de jeu habituel pour terminer avec une superbe victoire.

Les Inuk avaient rendez-vous avec l’UQAR vendredi soir pour donner le coup d’envoi au deuxième tournoi de cette saison. L’équipe semblait tendue et le match a été plus difficile que prévu. Malgré un premier set qui leur a donné du fil à retordre, les joueuses ont se sont repris pour terminer le match avec une victoire de 3-2.

La deuxième équipe à affronter était les Patriotes de l’UQTR et l’entraîneur en chef des Inuk était conscient du défi qui les attendait.  « Avec une défaite de 3-0, malheureusement, nous n’avons pas offert la résistance attendue. Nous avons tout de même marqué des points, ce qui montre que nous aurions pu faire mieux si nous avions joué à la hauteur de nos capacités », explique Ghyslain Bergeron.

Les Inuk n’allaient toutefois pas terminer le tournoi ainsi. Les étudiantes-athlètes se sont rassemblées avant le troisième match pour faire une mise au point sur tous les aspects du jeu et cette rencontre a porté fruit. Malgré la détermination de l’ETS, les Inuk ont joué à la hauteur de leur capacité pour se sauver avec une convaincante victoire de 3-0.

L’entraîneur en chef a d’ailleurs beaucoup apprécié voir la détermination de ses joueuses après cette mise au point. Il souligne aussi au passage le travail de la recrue Arianne Marois qui a montré beaucoup de constance tout au long du tournoi. Le travail offensif de Jessica Michaud et le jeu défensif de Sarah-Pier Babin n’ont pas non plus passé inaperçu.

« Notre objectif était de remporter au moins deux matchs sur trois cette fin de semaine, je suis donc satisfait. Nous avons maintenant cinq victoires en six matchs, tout comme l’UQTR. Les prochains tournois détermineront quelles équipes iront au championnat provincial, mais nous sommes en bonne position », soutient l’entraîneur en chef.