Archives pour la catégorie Résultats

Un tournoi riche en apprentissages

volley ball inuk 12813 - copie

Les Inuk ont pleinement profité de leur occasion de faire le point tout juste avant d’entamer la deuxième moitié de la saison lors de la Coupe de l’Est, qui prenait place la fin de semaine dernière. Un début plus difficile a laissé sa place à une belle fin de tournoi qui laisse présager beaucoup de positifs pour les matchs à venir.

Après un repos bien mérité lors de la période des fêtes, l’équipe de volleyball a repris ses activités jeudi dernier, quelques jours avant le début du tournoi. Cette deuxième moitié de saison marque l’arrivée d’une nouvelle joueuse, mais aussi quelques changements qui ont pu être testés lors de cette compétition hors saison.

Les Inuk ont entamé la fin de semaine avec une défaite de 3-1 face au Cégep de Jonquière (25-18, 25-12, 16-25 et 25-10), suivi d’une seconde défaite, cette fois-ci de 3-0 (25-13, 25-23 et 25-23) face au Maverick Gold Rush, une équipe ontarienne. Après un début plutôt instable, l’équipe chicoutimienne a toutefois retrouvé ses marques, et ainsi le chemin de la victoire en l’emportant 3-2 (25-11, 20-25, 25-27, 26-24 et 15-8) face à la Cité Collégiale. Malgré la cohésion de l’équipe qui s’améliorait au fil des matchs, les Inuk ont échappé une défaite de 3-2 (22-25, 25-18, 25-14, 15-25 et 15-11) contre l’ÉTS, ce qui n’aurait normalement pas dû arriver, selon l’entraîneur Ghyslain Bergeron. Les filles ont ensuite terminé le tournoi d’une belle façon en l’emportant 3-0 (25-21, 27-25 et 25-10) face à la Cité Collégiale.

« Ce tournoi est merveilleux pour relancer la saison. On a vu de belles choses et on a aussi vu ce qu’on devait améliorer. Il faut maintenant régulariser ce qui va bien et travailler sur le reste », souligne l’entraîneur en chef. Ce dernier tenait aussi à mentionner qu’il a apprécié voir le réveil offensif de certaines étudiantes-athlètes lors de ce tournoi.

Le prochain tournoi aura lieu les 19 et 20 janvier prochains. Les Inuk affronteront l’UQAR, l’UQTR et l’UQO.

Les Inuk lancent la saison d’athlétisme en force

26219468_10155879922496718_8570631772404002611_n

Les Inuk ont surpassé les attentes la fin de semaine dernière lors de l’Invitation Vert et Or avec des résultats plus que satisfaisants pour une première compétition. Parmi les victoires de chacun, on compte d’ailleurs deux deuxièmes positions qui ont fait briller l’UQAC dans le haut du classement.

Emmanuel Hellequin a surpris avec une deuxième position au 60m haies parcouru en un temps de 9.72sec, alors qu’il s’agissait de la première fois que l’étudiant-athlète prenait part à cette épreuve, lui qui réalise habituellement le 400m haies. Il a aussi obtenu une 21e position au 300m avec un temps de 39.96sec. Toujours du côté masculin, le médaillé de bronze au triple saut en 2017, Bertrand Naon a encore une fois performé dans cette discipline. Son saut de 12.83m lui a valu la deuxième position. Son entraîneuse, Anne-Marie Fortin, souligne qu’il est passé bien près de surpasser son record personnel qui est de 12,92m, ce qui augure bien pour le reste de la saison.  Il a aussi terminé 31e au 60m (7,62 sec).

Marc-André Tremblay, qui a terminé au 4e rang, a lui aussi obtenu une très bonne position au 600m en surpassant son record personnel avec un temps de 1min26.89. Son entraîneuse décrit sa course comme rusée, intelligente et rapide.
Trois Inuk s’affrontaient lors de l’épreuve du 300m. Pierre Faucher, un étudiant-athlète de première année a terminé sa course au 20e rang avec un temps de 39.36sec. Son équipier Mamadou Yatera a quant à lui réalisé la course en 40.70sec, ce qui lui a valu la 25e position. Ce dernier a aussi participé au 60m et a complété l’épreuve au 33e rang avec un temps de 7.72 sec. Au 1000m, Nicolas Lemieux, le seul représentant des Inuk, a terminé à la 25e position avec 2min58, ce qui représente une meilleure performance qu’à pareille date l’an dernier pour lui.

La seule étudiante-athlète féminine des Inuk qui participait à cette compétition, Viviane Harvey, a réalisé le 600m en 1min50 et s’est mérité la 8e place.

Seulement sept étudiants-athlètes ont pris part à cette compétition, pour différentes raisons, dont la météo qui en a empêché plus d’un de retourner dans la région à temps. Les Inuk pourront encore une fois impressionner à la prochaine compétition qui aura lieu le 13 janvier à l’Université Laval.

Des records personnels à l’honneur

ROUGE ET OR

Les étudiants-athlètes de l’équipe de cross-country ont bouclé la boucle, samedi dernier, à l’occasion du Championnat provincial qui prenait place au Parc Maisonneuve à Montréal. Malgré les très bonnes et les moins bonnes performances, l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin, retient l’effort de chacun, mais surtout l’amélioration de ceux-ci.

Du côté masculin, Charles-Olivier Huapaya-Proulx a réalisé le meilleur temps de son équipe et par le fait même, son meilleur temps à vie, avec 35min37 et une 54e position. L’an dernier lors de la même compétition, il avait réalisé un temps avoisinant les 41min, ce qui représente une amélioration considérable que son entraîneuse tenait à souligner.

C’est ensuite Robin Ruhlmann qui a franchi la ligne d’arrivée en parcourant le 10 km en 36min41. Frédéric Girard (36min55), Florent Bougon (37min50), Nicolas Lemieux (41min31), qui s’est d’ailleurs amélioré de cinq minutes par rapport à l’an dernier et Vincent Leclerc (43min07) qui ont terminé la course.

De façon générale, Anne-Marie Fortin se dit très satisfaite de ce qu’elle a vu. « Ils ont bien géré la course et presque tous les garçons ont réalisé leur meilleur temps, ce qui signifie beaucoup pour moi. Ce qui était important, c’était les temps et l’amélioration, pas vraiment les positions.

Du côté féminin, Sandrine Thibault a réalisé le meilleur temps avec 38min28 pour parcourir le 8km, ce qui représente une excellente performance selon son entraîneuse. C’est ensuite Léa Vandermersh (39min40) et Maéli Rioux-Larouche (39min47) qui ont complété la dernière compétition de la saison.  Malheureusement, Marie-Claire Côté et Hélène Genay ont dû abandonner la course avant la fin, malgré leur désir de réussir cette dernière épreuve.

« Même si les résultats n’ont pas toujours été à l’image des efforts qui ont été fournis, je suis fière de la saison de l’équipe. Tout le monde s’est vraiment impliqué, l’esprit d’équipe est présent depuis le début et je suis certaine que les étudiants-athlètes ont beaucoup appris », termine l’entraîneuse en chef.

La grande majorité des étudiants-athlètes de l’équipe de cross-country poursuivront leur entraînement avec l’équipe d’athlétisme, dont la saison débutera après les fêtes.

Une fin de semaine parfaite pour nos Inuk

volley ball inuk 12795

Le défi lancé par l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron, a été relevé haut la main par l’équipe féminine de volleyball des Inuk en fin de semaine dernière, à l’occasion du premier tournoi de la saison. Les étudiantes-athlètes ont été parfaites devant leurs partisans avec trois victoires en trois occasions, comme le souhaitait leur entraîneur.

Les Inuk avaient rendez-vous avec le Nordet de l’UQAR pour donner le coup d’envoi à la saison 2017-2018, avec un match haut en couleur. L’équipe chicoutimienne a remporté la première manche assez facilement, par la marque de 25 à 13, ainsi que la deuxième (25-23), mais le Nordet n’avait pas dit son dernier mot. Ce dernier est sorti vainqueur des deux autres manches (26-24 et 25-21) et a forcé la tenue d’une cinquième et ultime manche, que les Inuk ont d’ailleurs remportée (15-6), permettant d’ajouter une première victoire de la saison, par la marque de 3-2.

Les Piranhas de l’ETS ont offert une résistance tout aussi forte aux Inuk pour leur deuxième match de la saison. Alors que l’ETS a pris l’avance dans le match en remportant la première manche 25-23, les Inuk ont fait preuve de détermination et ont repris les choses en main. La troupe de Ghyslain Bergeron a alors excellé dans les trois manches suivantes (25-20, 25-19 et 25-23) pour se sauver avec une deuxième victoire par la marque de 3-1.

« Les filles ont connu des creux, mais elles ont toujours été capables de remonter et c’est bon signe. Elles ont beaucoup appris. Elles sont allées chercher de la cohésion, de la continuité dans le jeu et sont toujours remontées même dans les moments difficiles », mentionne l’entraîneur en chef. Il souligne par le passage le travail constant de Jessica Michaud et Marianne Tremblay qui ont beaucoup aidé à revenir de l’arrière à certains moments. Le potentiel des recrues comme Arianne Marois et Élise Imbeau l’a aussi beaucoup impressionné.

Un peu comme à l’image du premier match, les Inuk avaient pris l’avance lors du troisième affrontement contre les Torrents de l’UQO. Après deux manches remportés par la troupe locale (25-23 et 25-15), l’UQO a été vainqueur des deux suivantes (26-24 et 26-24). Les Inuk ont toutefois remporté l’ultime manche 16-18, pour terminer la fin de semaine en beauté avec une victoire de 3-2.

« Nous ne nous sommes pas donné une tâche facile, puisqu’il nous a fallu quatre à cinq sets pour obtenir la victoire à chaque fois, mais je suis fière et satisfaite du travail et de la cohésion de l’équipe », explique la capitaine Sandrine Mailloux.

Des équipes de même calibre

La force équivalente des quatre équipes qui étaient présentes cette fin de semaine au Pavillon sportif, à l’occasion de ce tournoi, saute aux yeux. Contrairement à l’habitude, seulement un affrontement s’est terminé en trois manches. L’entraîneur des Inuk avait prévenu ses joueuses : aucune équipe ne devra être prise à la légère cette année. « C’est le plus beau niveau de jeu que j’ai vu dans les quatre dernières années », affirme M. Bergeron.

« Maintenant, c’est à nous de prouver qu’on mérite la place qu’on a obtenue cette fin de semaine. »

Un dernier effort avant le championnat provincial

Malgré des beaux efforts, la performance des Inuk la fin de semaine dernière lors du Carleton Invitation a laissé un goût amer aux étudiants-athlètes. Cette expérience aura par contre été une occasion d’apprendre de ses erreurs pour mieux performer, notamment sur le plan de la gestion de course et la gestion de soi.

« C’est certain que nous sommes déçus, mais il faut voir à moyen et long terme. Plusieurs athlètes en sont à leur première année dans l’équipe. Il y a encore du travail à faire, mais ils apprennent », explique l’entraîneuse en chef, Anne-Marie-Fortin.

Ce parcours particulier a donné du fil à retordre aux athlètes. En plus d’une montée importante, les coureurs ont dû parcourir un total de 1,5 km sur le sable.

Du côté féminin, Sandrine Laflamme, très efficace dans les montées, a eu un avantage sur ses adversaires. Cette dernière a terminé le parcours à la 80e position, tout juste derrière Marie-Claire Côté qui a réalisé le meilleur temps chez les Inuk avec 26min55 et une 71e position. C’est ensuite Maeli Rioux-Larouche (85e) et Hélène Genay (90e) qui ont complété la course. Chez les hommes, Nicolas Lemieux a terminé le parcours de 8km à la 83e position avec un temps de 24min01. Son entraîneuse souligne une belle progression de sa part.

La prochaine et ultime étape de la saison sera le championnat provincial qui aura lieu à Montréal le 28 octobreU. Ce n’est pas tant la position qui sera évaluée par l’entraîneuse-chef de l’équipe, mais bien le dépassement de soi lors de cette compétition. C’est d’ailleurs cinq filles et sept garçons qui représenteront l’équipe.

Une compétition formatrice pour les Inuk

IMG_8714

Les positions n’étaient pas exactement à l’image de la performance des coureurs des Inuk lors de l’Invitation Rouge et Or de cross-country qui prenait place la fin de semaine dernière sur les Plaines d’Abraham. L’effort collectif toutefois permit l’amélioration de temps personnels et a fait prendre de l’expérience aux étudiants-athlètes.

L’invitation Rouge et Or, une compétition interconférence relevée, a été un beau défi pour les étudiants-athlètes des Inuk. « Cette course a permis de les sortir de leur zone de confort. Malgré les résultats un peu décevants, nous avons vu de belles forces sur le plan psychologique », explique l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin.

Du côté masculin, Charles-Olivier Huapaya Proulx a réalisé le meilleur temps de l’équipe avec 36min 41, ce qui représente une amélioration de 4 min par rapport à son temps de l’année dernière sur le même parcours de 10 km. C’est ensuite Frédéric Girard (38min 14), Robin Rulhman (38min 33), Florent Bougon (40min 30), Guillaume Lavigueur (41min 32), Vincent Leclerc (41min 40), Nicolas Lemieux (42min 54), Jonathan Laroche (45min 45) et Benjamin Fournier (47 min 07) qui l’ont suivi.

Du côté féminin, deux coureuses représentaient les Inuk, un choix stratégique selon l’entraîneuse en chef. Marie-Michèle Fiset a réalisé un temps de 36min 47, tandis que Léa Vandermersh a pris 40min 23 pour parcourir les 8km.

Choix stratégiques

Avec une saison intensive, des courses très rapprochées les unes des autres, seulement une fin de semaine sans compétition et de longs voyages, les entraîneuses de l’équipe de cross-country doivent être stratégiques afin de présenter des athlètes dans la meilleure forme possible au championnat québécois.

Pour l’instant, tous les coureurs masculins ont réalisé le nombre nécessaire de compétitions pour participer au championnat québécois. Les Inuk présenteront une formation féminine complète à Carleton la fin de semaine prochaine.

Les recrues impressionnent à l’Invitation Vert et Or

La chaleur accablante de samedi dernier n’aura pas empêché les Inuk de bien performer à l’Invitation Vert et Or. Records personnels et temps au-dessus des attentes ont surpris l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin, qui se dit satisfaite de ce qu’elle a vu.

Chez les femmes, c’est la recrue Marie-Claire Côté qui a réalisé le meilleur temps avec 25 min 53 sec et une 33e position. « Elle a fait un très bon temps et ce qui est vraiment plaisant, c’est qu’on sait qu’elle va progresser encore », explique Anne-Marie Fortin. C’est ensuite Maéli Rioux-Larouche (42e), Hélène Genay (46e), Sandrine Laflamme (47e), Ève Vaillancourt (51e) et Léa Vandermersch (52e) qui ont complété la course. « Je suis vraiment contente de nos recrues. Elles ont du caractère, elles travaillent fort et veulent performer », mentionne l’entraîneuse en chef.

Du côté masculin, Charles-Olivier Huapaya-Proulx a terminé le parcours de 8 km à la 34e position avec un temps de 29min 30 sec, ce qui représente une amélioration de 30 secondes par rapport à sa performance de l’an dernier sur le même terrain. C’est ensuite la recrue Frédéric Girard qui a surpris avec une 42e position. Marc-André Tremblay l’a suivi avec une 49e position et aussi une amélioration de son temps de 30 secondes par rapport à l’an dernier. Jean-Michel Gagnon a, quant à lui, terminé à la 51e place.

La prochaine semaine sera très chargée pour les étudiants-athlètes avec plusieurs entraînements. Les Inuk présenteront une équipe complète à la prochaine compétition qui se déroulera à Québec le 7 octobre.

Un futur prometteur pour l’équipe de cross-country

C’est samedi dernier que les recrues de l’équipe de cross-country des Inuk ont endossé pour la première fois les couleurs de la troupe chicoutimienne, à l’occasion du McGill Open. Le sérieux dont les cinq coureurs ont fait part tout au long de la préparation pour la compétition s’est traduit en résultats à la hauteur des attentes de leur entraîneuse en chef.

En considérant l’ensemble de ce qu’elle a vu cette fin de semaine, l’entraîneuse de l’équipe, Anne-Marie Fortin, se dit contente de ce que ses protégés lui ont montré. En faisant des comparaisons avec les résultats de l’an dernier, elle a d’ailleurs constaté que les recrues étaient positionnées comme les vétérans à pareille date l’an dernier.

« Ce sont des recrues donc ils devraient faire partie de l’équipe quelques années. L’avenir s’annonce vraiment prometteur pour nous », souligne-t-elle.

Le parcours du McGill Open n’était pas des plus difficile, mais la température a donné du fil à retordre aux coureurs. « Il faisait vraiment chaud et une section du parcours était complètement au soleil. Les athlètes ont trouvé ça difficile », explique Anne-Marie Fortin.

Cette difficulté n’aura pourtant pas empêché les cinq étudiants-athlètes des Inuk de compléter la course de 6 km. Robin Ruhlman a réalisé le meilleur temps pour l’équipe, avec 23min12 et une 89e position. C’est ensuite Guillaume Lavigueur (110e), Florent Bougon (121e), Vincent Leclerc (125e) et Jonathan Laroche (162e) qui ont complété les résultats chez les Inuk.

« Ils ont fait part d’un sérieux exemplaire, autant du côté de l’alimentation que du sommeil. Leur gestion du stress était aussi impressionnante pour une première compétition », souligne leur entraîneuse en chef.

Bien qu’aucune athlète féminine ne représentait les Inuk la fin de semaine dernière, les filles seront de la partie pour la prochaine compétition qui se déroulera samedi prochain à Sherbrooke.

Une médaille d’argent pour l’équipe de soccer

Une progression constante depuis le début de la saison a permis à l’équipe masculine de soccer des Inuk de remporter la médaille d’argent au championnat provincial universitaire de soccer 7 contre 7 qui prenait place la fin de semaine dernière. 

L’équipe chicoutimienne avait rendez-vous avec l’Université Bishop pour le match de demi-finale. Les Inuk ont réussi à s’inscrire rapidement avec un but de François Lachance et se sont mis dans des conditions favorables pour le reste de la partie, entrainant ensuite une victoire sans trop de difficultés. L’entraîneur en chef, Christophe Lamant, regarde cet affrontement d’un œil très positif.

Ayant remporté la demi-finale par la marque de 1 à 0, la finale pour la médaille d’or était la prochaine étape. L’objectif étant de retourner à Chicoutimi avec une médaille, on pouvait donc dire mission accomplie, mais le désir de la victoire de l’équipe n’allait pas s’arrêter là.

Pour accéder à la médaille d’or, les Inuk devaient vaincre les premiers au classement au classement général, les Piranhas de l’ETS. L’adversaire a marqué très tôt dans le match, mais il en fallait plus pour déconcentrer les Inuk. « L’équipe a gardé son calme et savait ce qu’elle avait à faire », souligne Christophe Lamant.

Le travail d’arbitrage semble avoir été questionnable à plusieurs reprises. Mais cette difficulté supplémentaire a simplement motivé les troupes. Samuel Demers a réussi à maquer un superbe but, donnant confiance à l’équipe, mais un adversaire oublié aura permis aux Piranhas de s’inscrire à nouveau au filet.

Malgré un travail acharné et plusieurs chances créées, dont une par Paul Sergerie, les Inuk n’ont pas pu niveler la maque. L’affrontement s’est terminé 2 à 1 pour l’ETS.

Malgré l’excellent parcours de l’équipe cette saison et une médaille d’argent, la déception habitait l’équipe après la rencontre. « Nous avons un peu un sentiment d’inachevé. On savait qu’on était capable d’aller chercher l’or », confie l’entraîneur en chef.

Le programme du sport universitaire de l’UQAC tient à féliciter toute l’équipe et à remercier les étudiants-athlètes et entraîneurs pour leur implication.

La force de caractère dans la défaite

Les Inuk ont conclu la saison 2016-2016 sur une défaite de à 8 à 0 face à la puissante Université Laval, malgré le bon vouloir de l’équipe.

L’entraîneur en chef, Olivier Chartier, savait très bien que le match n’allait pas être facile et que son équipe allait devoir combattre. Son intuition était bonne. Dès la première minute de jeu, le Rouge et Or a trouvé le fond du filet, montrant de quel bois elles se chauffaient. Dix minutes plus tard, c’était 3 à 0 et c’était 6-0 à la mi-temps.

«J’ai dit aux filles qu’il fallait stopper l’hémorragie. Si ça continuait comme ça, le match allait se terminer 10 à 0 et ce n’est pas ce qu’on voulait», affirme l’entraîneur en chef.

Les Inuk auront donné une belle leçon de détermination et jouant jusqu’au bout, malgré la défaite imminente. «Je suis quand même fier. C’est certain que nous aurions aimé avoir au moins un match nul, mais les filles ont apprécié leur saison», souligne-t-il.

Plusieurs étudiantes-athlètes continueront de pratiquer le soccer cet été dans leur équipe respective.

L’heure du bilan

«Je retiens que les joueuses ont eu du caractère, qu’elles n’ont jamais abandonné et c’est ce que je souhaitais leur inculquer», confie Olivier Chartier.

Il soutient aussi que cette saison a fait de lui un meilleur entraîneur.