Archives pour la catégorie Nouvelles

La saison d’athlétisme s’annonce prometteuse

ROUGE ET OR

Après les formations de cross-country et de volleyball féminin, c’est au tour de l’équipe d’athlétisme de donner le coup d’envoi à sa saison 2017-2018. Et c’est sous le signe de l’expérience que s’amorcera cette dernière le 6 janvier prochain, à l’occasion de l’Invitation Vert et Or. Le travail acharné des étudiants-athlètes et des entraîneurs tout au long de la saison dernière et lors des entraînements qui ont débuté dès le mois de septembre dernier ont porté fruit : la formation est plus expérimentée, plus mature et pourrait surprendre au courant de la saison.

Ceux qui étaient des recrues l’an dernier sont maintenant de retour en force pour performer, mais aussi pour guider leurs nouveaux coéquipiers. Même si peu nombreux, les nouveaux étudiants-athlètes ont déjà un bagage dans d’autres disciplines sportives et pourront mettre leurs forces à profit.  « Je crois que nous pourrons voir une différence dans l’autonomie et l’attitude des étudiants-athlètes cette année », explique l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin.

L’équipe – majoritairement masculine et composée de 24 étudiants-athlètes – pourra encore cette année compter sur l’expérience de ses membres, qui sont issus du Québec et de l’étranger. Les porte-couleurs de l’université chicoutimienne seront présents dans presque toutes les disciplines d’athlétisme afin de maximiser leurs chances de se démarquer.

Les objectifs de cette saison ne sont pas fixés en termes de résultats, mais plutôt en termes d’amélioration personnelle. La première compétition de la saison sera une belle occasion de voir où se situent les étudiants-athlètes par rapport à l’an dernier. L’entraîneuse en chef constate vraiment un désir de victoire cette saison. « L’esprit d’équipe est très présent encore cette année, mais je sens vraiment le désir de performer. Le sentiment d’appartenance est fort cette année », mentionne-t-elle.

Une première moitié de saison à la hauteur des attentes

Après deux compétitions et des mois d’entraînement, l’équipe de volleyball des Inuk peut affirmer qu’elle est en bonne position pour le championnat provincial. La pause de fêtes, qui arrive à mi-saison est l’occasion pour l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron, de faire le bilan de la première moitié de saison, qui a été très positive.

« Nous voulions avoir une équipe unie, rester dans les équipes en tête du classement et être en bonne position pour se démarquer au championnat provincial. Nous sommes dans cette situation alors nous pouvons dire que nous sommes satisfaits », explique-t-il. Sur un total de six matchs joués, les Inuk ont une fiche de cinq victoires, ce qui les place au deuxième rang, mais à égalité avec Trois-Rivières, qui occupe la première position. Même si leur participation à l’ultime tournoi est assurée, M, Bergeron souligne qu’il s’agit d’un gros défi et qu’aucune équipe ne doit être prise à la légère.

L’équipe a réussi à maintenir un bon rendement avec des étudiantes-athlètes clés comme Sarah-Pier Babin, Marianne Tremblay, Sandrine Mailloux, Jessica Michaud, Allyson English et la recrue Arianne Marois, qui a démontré beaucoup de volonté et de potentiel.

Dès le début de la saison, l’équipe a dû compétitionner avec un nombre limité d’étudiantes-athlètes, ce qui a forcé ces dernières à être beaucoup sur le terrain, mais la situation sera modifiée au retour du congé des fêtes.

De nouvelles recrues s’amènent

Les Inuk pourront compter sur trois nouvelles recrues dès le mois de janvier, par contre, seulement l’une d’entre elles pourra intégrer le jeu tout de suite, en raison de certains règlements. Les deux autres pourront toutefois s’entraîner avec l’équipe en attendant leur arrivée officielle. « Elles vont donner de la profondeur à l’entraînement. On va pouvoir pratiquer des jeux avec plus de joueuses », mentionne l’entraîneur.

Alexan Huber, qui pourra quant à elle participer aux prochains tournois, s’entraîne depuis le début de l’année avec l’équipe. L’étudiante-athlète en administration, originaire de Granby, saura contribuer à sa façon au succès de l’équipe. « Elle a beaucoup de potentiel et travaille fort pour se développer. En étant notre 10e joueuse, elle va permettre de stabiliser le jeu », commente M. Bergeron.

La Coupe de l’Est, un tournoi hors-saison opposant plusieurs équipes canadiennes de différents niveaux du 5 au 7 janvier, sera une belle occasion pour l’entraîneur de voir sa nouvelle protégée à l’œuvre avec le reste de l’équipe, dans une situation de compétition.

L’entraîneur en chef se réjouit de voir la force de recrutement grandissante des Inuk. « Notre programme de sport universitaire est de plus en plus attirant. Notre équipe performe depuis plusieurs années et est maintenant reconnue sur la scène provinciale », termine-t-il.

 

Lancement de l’édition 2017-2018 de la Loto Inuk

DSC_1298 - copie

L’organisation des Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a procédé dernièrement au lancement de l’édition 2017-2018 de la Loto Inuk, la plus importante activité de financement pour le programme de sport universitaire à l’UQAC. Le succès de la dernière édition a donné raison aux organisateurs, qui reviennent pour une deuxième année avec cette formule accessible.

Cinq tirages de 1 000 $ en argent comptant auront lieu entre les mois de novembre et de mars. Au coût de 20 $, les 1 000 billets en circulation sont en vente via le site Web des Inuk (inuk.uqac.ca), au Pavillon sportif de l’UQAC et par les entraîneurs, ambassadeurs et étudiants-athlètes. « Nos étudiants-athlètes sont nos meilleurs ambassadeurs : ils sont le reflet du dynamisme de notre programme. Il nous apparaît évident qu’ils sont les mieux placés pour promouvoir cette activité de financement », soutient le responsable du sport universitaire, Philippe Gagnon.

L’an dernier, plus de 700 billets ont été vendus et l’objectif est encore plus élevé pour cette édition. « Avec cette formule, nous avons réussi à joindre tout le monde, autant la communauté universitaire que la population de Saguenay en général, afin de faire connaître les Inuk dans la région. Nous espérons vendre près de 1000 billets cette année », mentionne Philippe Gagnon.

Construire un programme de sport universitaire tel que les Inuk constitue un défi de taille nécessitant, entre autres, un financement considérable. Les montants amassés par cette activité permettront de contribuer aux activités quotidiennes du programme, qui comprennent les déplacements, la rémunération des entraîneurs et l’achat d’équipement. « Soutenir le développement sportif, professionnel et personnel de ces étudiants-athlètes, augmenter leur sentiment d’appartenance, dynamiser leur milieu et offrir à tous les gens de la région un modèle d’excellence, c’est d’abord et avant tout contribuer au rayonnement et à la prospérité de toute une région », termine le responsable du sport universitaire.

À propos des Inuk

Les Inuk portent dignement les couleurs de l’UQAC sur la scène sportive universitaire québécoise depuis 2006. Répartis au sein de trois équipes, soit l’athlétisme, le cross-country et le volleyball féminin, ces quelque 50 étudiants-athlètes incarnent l’excellence sportive et scolaire. Constamment au cœur de nos décisions et de notre engagement, le sport universitaire se développe à l’UQAC avec des valeurs basées sur le respect, le plaisir, la rigueur, le dépassement de soi, la loyauté et la solidarité.

Sur la photo:

Mario Ruel, Directeur – Service des activités et aménagements sportifs
Martin Côté, Vice-recteur aux affaires étudiantes et Secrétaire général
Simon Latulippe, Registraire – Bureau du registraire
Gina Gagnon, Directrice – Services aux étudiants

 

Les Inuk visent le sommet

L’équipe de volleyball des Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) donnera le coup d’envoi à sa saison ce vendredi, dans le cadre du premier tournoi de la saison dont ils dont d’ailleurs les hôtes. Après deux saisons de suite parmi les meilleurs, les attentes envers la formation de Gyslain Bergeron sont élevées, mais ce dernier affirme que « l’équipe sera aussi bonne que l’an dernier, sinon meilleure ».

Les étudiantes-athlètes de talent, qui étaient des recrues la saison dernière, sont maintenant plus expérimentées et prêtes à guider leurs nouvelles coéquipières dans l’adversité. Les Inuk ont d’ailleurs frappé un grand coup en recrutant Arianne Marois, une joueuse de Granby qui apportera beaucoup à l’équipe. Cette arrivée confirme que la notoriété du volleyball à l’UQAC dépasse les frontières de la région et ouvre la porte à de futures recrues aussi convoitées par les autres universités. « Ce fut un travail de longue haleine. Nous avons rencontré Arianne l’an dernier. D’autres équipes étaient aussi intéressées. Elle a finalement décidé de venir étudier à l’UQAC pour le volleyball » explique l’entraîneur en chef.

L’équipe, qui s’entraîne depuis le mois de septembre, est prête à lancer la saison en grand. « Les filles ont bien travaillé, elles ont une belle maturité. Nous avons l’intention de terminer le premier tournoi de la saison avec trois victoires en autant de matchs », affirme M. Bergeron. Ce dernier croit d’ailleurs que la stabilité du jeu sera la force des Inuk cette année. Il est toutefois conscient qu’il ne faudra pas prendre les autres équipes à la légère, malgré la belle saison en perspective.

La crème du volleyball universitaire en visite à Saguenay

Les Inuk accueilleront le premier tournoi de volleyball féminin universitaire de deuxième division de l’année, les 27 et 28 octobre, au Pavillon sportif. Les Inuk, qui ont remporté la médaille d’argent lors du dernier championnat provincial, débuteront le long processus pour défendre leur position dès vendredi soir. C’est un rendez-vous à ne pas manquer!

Nous vous invitons dès le match d’ouverture, afin d’assister à une rencontre entre les Inuk de l’UQAQ et le Nordet de l’UQAR, deux équipes de talent qui promettent un affrontement de haut niveau.

Voici l’horaire des différents affrontements de la fin de semaine:

Vendredi :

19h – UQAC VS UQAR
21h – ETS VS UQO

Samedi :

10h30 – UQAR VS UQO
12h30 – UQAC VS ETS
14h30 – UQO VS UQAC
16h30 – ETS VS UQAR

Réorientation pour les équipes du sport universitaire de l’UQAC

Saguenay, le 15 mars 2017 –Le programme du sport universitaire, les Inuk, de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) procède à une réorientation déjà amorcée en 2015 de ses équipes sportives. Dès la fin de l’année scolaire 2016-2017, les deux équipes de soccer, masculine et féminine, cesseront leurs activités. Le programme se concentrera ainsi sur les équipes d’athlétisme, de volleyball féminin et de cross-country.

Cette décision a été prise après plusieurs mois de réflexion et de consultation en conservant au cœur des questionnements le bien-être et le plein développement des étudiants-athlètes dans un contexte optimal, en tenant aussi compte des performances, de l’expérience des étudiants et du rayonnement de l’institution à travers le sport.

La ligue masculine de soccer intérieur à sept joueurs contre sept du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) dans laquelle évoluaient les Inuk sera abolie après cette saison par manque de participation des universités. Une nouvelle ligue non chapeautée par le RSEQ s’offrait aux Inuk, mais l’engagement monétaire et le calendrier étaient beaucoup trop importants pour les capacités du programme. Le remaniement financier qu’engendrait ce changement mettait en péril autant les performances que les conditions de développement des étudiants-athlètes, ce qui était inconcevable pour l’organisation. Dès la fin de la saison actuelle, les équipes sportives devront atteindre l’équilibre budgétaire et ainsi, s’autofinancer. Cette augmentation majeure des frais d’exploitation de l’équipe aurait rendu cet objectif impossible.

Du côté féminin, le taux de participation régional au soccer se situe à un niveau très bas dans la tranche d’âge visée par le sport universitaire. Cette difficile réalité compromet annuellement la survie de l’équipe en raison du nombre presque insuffisant d’étudiantes-athlètes pour assurer une formation complète.  Par ailleurs, étant donné que la région ne comporte aucune équipe collégiale de division 1 ou civile de niveau AAA, le calibre de compétition développé par le bassin naturel de recrutement dont bénéficient les Inuk ne détient habituellement pas le niveau de jeu requis pour la ligue de première division de soccer féminin universitaire du RSEQ.

Cette réorientation a été réalisée dans l’optique d’assurer des conditions d’entraînement optimales permettant aux étudiants-athlètes d’atteinte leur plein potentiel, dans un contexte de sport universitaire très performant et compétitif. Malgré ce changement, les étudiants désirant pratiquer un sport seront toujours encouragés et accompagnés dans leur développement par l’Université, le Pavillon sportif et les professionnels qui y gravitent.

Malgré cette décision qui fût difficile à prendre, l’avenir s’annonce prometteur pour le sport universitaire à l’UQAC.  Le suivi académique des étudiants-athlètes continuera d’être au cœur des priorités avec la mise en place d’un suivi des résultats scolaires. Le programme misera aussi sur une collaboration entre les étudiants de divers programmes en lien avec l’activité physique, notamment la kinésiologie et la physiothérapie, afin d’épauler les Inuk. Tout sera fait pour permettre aux étudiants-athlètes et aux entraîneurs de se développer pleinement dans le sport qui les rassemble.

Médaille d’argent pour nos Inuk

Les Inuk ont atteint leur objectif en allant jusqu’en finale et en remportant la médaille d’argent du championnat provincial provincial de volleyball universitaire qui avait lieu cette fin de semaine à l’UQAC.

Le plan de match de Ghyslain Bergeron était clair : rester concentré jusqu’à la fin pour se rendre en finale. Il ne nie d’ailleurs pas que le fait de jouer à la maison a rendu les étudiantes-athlètes un peu nerveuses en demi-finale contre l’UQAR. Les partisans présents ont eu le droit à tout un affrontement, alors que le match s’est prolongé jusqu’en cinquième manche.  «Nous n’avons pas l’habitude de les laisser prendre une aussi grande avance, mais les filles ont fait preuve de caractère en revenant toujours de l’arrière», souligne l’entraîneur en chef. Ce match était probablement le plus important de la saison, puisque c’était l’occasion d’attendre l’objectif : la finale. Les Inuk l’ont emporté 3-2.

L’équipe avait ensuite rendez-vous avec les championnes de la saison régulière, les Patriotes de l’UQTR. Malgré une défaite en trois manches, les étudiantes-athlètes ont donné tout ce dont elles étaient capables. La puissance offensive et défensive de Trois-Rivières aura eu raison des Inuk. L’entraîneur se dit aussi satisfait. Malgré la perte de plusieurs joueuses importantes tout au long de l’année, l’objectif de début de saison a été atteint, ce qui en dit long sur le potentiel des étudiantes-athlètes. Ghyslain Bergeron souligne d’ailleurs le travail important de plusieurs des maillons de l’équipe. La passeuse recrue Alyson English a d’ailleurs fait un travail remarquable. Elle avait beaucoup à apprendre en peu de temps. C’est avec son écoute et sa détermination qu’elle a réussi à surprendre.

La prochaine saison s’annonce prometteuse. En plus d’avoir un noyau plus fort que cette année et beaucoup d’acquis, l’équipe d’entraîneurs a débuté le recrutement d’athlètes. L’objectif est bien clair : une place sur le podium des médailles.

Deux Inuk nommés sur l’équipe d’étoiles du RSEQ

volleyball_etoiles

Le programme du sport universitaire de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a l’honneur d’annoncer que deux étudiantes-athlètes membres de l’équipe de volleyball des Inuk ont mérité leur place sur l’équipe d’étoiles du RSEQ. Sandrine Mailloux, à la position de centre, et Sarah-Pier Babin, libéro, se sont démarquées tout au long de la saison pour se mériter l’honneur décerné par les entraîneurs du circuit. Cette annonce précède le championnat provincial qui se déroulera les 10 et 11 mars au Pavillon sportif de l’UQAC.

Étudiante-athlète de première année en Sciences administratives originaire de Normandin, Sandrine Mailloux a réussi à surprendre avec son travail acharné. Même si cette place au sein de l’équipe d’étoiles ne lui était pas promise, elle a su se faufiler pour faire l’unanimité auprès des entraîneurs, même si elle n’a pas connu le niveau de jeu collégial AAA, contrairement à ses adversaires. Obtenir ce poste en étant une recrue est quelque chose de remarquable selon son entraîneur, Ghyslain Bergeron. « C’est agréable de voir une athlète qui en est à ses débuts avec l’équipe et qui reçoit un tel honneur. Ça confirme que le travail qu’on fait a été efficace et que de belles choses sont encore à venir », souligne-t-il.

Sarah-Pier Babin a été nommée sur l’équipe d’étoiles à titre de libéro pour une deuxième année consécutive. L’étudiante-athlète de deuxième année en adaptation scolaire s’est démarquée par son leadership. Il est difficile d’obtenir le poste sur l’équipe d’étoiles pour une deuxième année à cause des attentes élevées, mais la Septilienne a réussi à monter son niveau de jeu d’un cran. «Avec son leadership, Sarah-Pier a réussi à développer une relation de confiance avec ses coéquipières et avec moi aussi», ajoute Ghyslain Bergeron.

UQAC hôte du championnat provincial

À compter de demain, 19h, l’UQAC accueillera les meilleures joueuses de volleyball dans la deuxième division à l’occasion du championnat provincial de volleyball. Les Inuk tenteront de défendre leur titre de championnes. Le but est certainement d’accéder à la finale de la médaille d’or, mais les étudiantes-athlètes devront d’abord affronter le Nordet de l’Université du Québec à Rimouski, un spectacle à ne pas manquer.

 

Voici l’horaire de la fin de semaine :

Vendredi 10 mars

19h : Torrents de l’UQO VS Patriotes de l’UQTR

21h : Nordet de l’UQAR VS Inuk de l’UQAC

Samedi 11 mars

11h : Finale bronze

13h : Finale or

Maradon 2017: une participation record

Dépassement de soi, esprit d’équipe et plaisir étaient au rendez-vous à l’occasion de la 5e édition du Maradon des Inuk qui avait lieu ce jeudi 16 février au Pavillon sportif de l’UQAC. Accessible à tous, l’évènement a rassemblé 32 équipes totalisant 290 coureurs, un nombre record d’inscriptions. Les participants ont couru en équipe 21,1 km, ce qui représente 120 tours de piste.

Le travail hors pair du comité de financement, présidé par Alain Provencher du cabinet d’avocats Simard Boivin Lemieux, et la participation remarquable de plusieurs entreprises régionales au Maradon ont permis d’amasser un montant de 20 000 $. Ce financement considérable permettra de contribuer aux activités quotidiennes du programme qui comprennent entre autres les déplacements, la rémunération des entraîneurs et l’achat d’équipement qui, par le fait même, permet le développement sportif, professionnel et personnel des étudiants-athlètes.

L’activité rassembleuse se déroulait sous le thème des années 80. Vêtements aux couleurs flamboyantes et bracelets phosphorescents ont ajouté à l’ambiance festive qui régnait. Plus de 4000 $ ont d’ailleurs été remis en prix de présence.

Participation des étudiants-athlètes

Comme l’implication est au cœur de la mentalité de l’organisation, plusieurs étudiants-athlètes se sont portés volontaires pour permettre le bon fonctionnement de l’évènement. Membre de l’équipe de cross-country, étudiant-athlète au baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé et athlète olympique en vélo de montagne, Léandre Bouchard était de la partie à titre d’invité d’honneur. La nouvelle révélation du saut en hauteur, Maxime Campagna Lejeune, a quant à lui fera une démonstration et animera le concours de saut, tout en donnant quelques trucs aux participants. Le tout se déroulera avant le départ.

Quelques mots sur le sport universitaire à l’UQAC

Les Inuk portent dignement les couleurs de l’UQAC sur la scène sportive universitaire québécoise depuis 2006. Répartis au sein de cinq équipes, soit l’athlétisme, le cross-country, le volleyball féminin, et le soccer masculin et féminin, ces quelque 70 étudiants-athlètes incarnent l’excellence sportive et scolaire. Constamment au cœur de nos décisions et de notre engagement, le sport universitaire se développe à l’UQAC avec des valeurs basées sur le respect, le plaisir, la rigueur, le dépassement de soi, la loyauté et la solidarité.

Sur la photo: Philippe Gagnon, Responsable du sport universitaire | INUK, Stéphane Riverin, Associé et directeur du développement des affaires, Agence Polka, Mathieu Tremblay, arpenteur-géomètre, chez Chiasson & Thomas, Richard Gauthier, Président, Construction Gauthier Inc, Président: Alain Provencher est avocat et associé de la société SIMARD BOIVIN LEUMIEUX S.E.N.C.R.L, Isabelle Côté, Pavillon sportif, Virginie Vachon, CPA auditrice, CA chez Malette SENCRL et Léandre Bouchard, invité d’honneur.

 

Anne-Marie Fortin à la tête de l’équipe québécoise d’athlétisme

En cette journée nationale du sport féminin, nous tenons à féliciter Anne-Marie Fortin, entraîneuse en chef de l’équipe d’athlétisme des Inuk, qui a été nommée entraîneuse-chef de l’équipe qui représentera le Québec au Match Cadet Québec vs Ontario. Cet évènement aura lieu le 11 février à York University (Toronto).

Étant entraîneuse responsable des sauts pour les deux dernières années, Anne-Marie en est à sa troisième expérience avec cette équipe. Son travail sera, cette fois-ci, principalement axé sur l’encadrement des autres entraîneurs, ce qui constitue un beau défi selon elle. «Je suis habituée de travailler avec des entraîneurs de 30 ou 35 ans. Lors de cette compétition, je devrai en encadrer certains qui ont 45 ans et qui ont de l’expérience. Ça sera un très beau défi et je suis très contente», souligne-t-elle.

Jean-Michel Gagnon, un autre Inuk, a aussi été nommé comme physiothérapeute-étudiant pour cette même équipe.

Au total, 47 jeunes athlètes participeront à cet évènement, encadrés par une équipe de 9 entraîneurs. Le Québec a remporté les honneurs de ce Match en 2015 et 2016 après avoir concédé la victoire à l’Ontario de 2011 à 2014.

Un défi de taille pour l’équipe féminine de soccer des Inuk

Après les équipes de cross-country, de volleyball, d’athlétisme et de soccer masculin, c’est finalement au tour de l’équipe féminine de soccer de donner le coup d’envoi à sa saison 2017. Après seulement une saison en division 1 de soccer intérieur et une longue période automnale d’entraînement, les étudiantes-athlètes affronteront leurs premières rivales dimanche, alors qu’elles croiseront le fer avec l’Université McGill. Aucun objectif en termes de victoires n’a été soulevé, mais c’est la compétitive constante que recherche l’entraîneur en chef, Olivier Chartier.

Pour la première fois, l’équipe a eu quatre mois d’entraînement afin de se préparer pour la saison intensive, tisser les liens entre les étudiantes-athlètes et développer l’esprit d’équipe. Elles ont même eu l’occasion à trois reprises d’affronter l’équipe du Collège d’Alma, dans le cadre de matchs hors concours. Cette période a été très bénéfique puisque l’équipe est composée majoritairement de recrues, à l’exception de sept vétéranes. L’entraîneur-chef est conscient que ses protégées n’ont pas pu se mesurer à plusieurs adversaires jusqu’à maintenant comme ont pu faire les autres équipes, mais il voit le côté positif de la situation. « Mes joueuses ne sont pas blessées et sont en pleine forme pour le début de la saison », soutient-il.

Contrairement à la saison dernière où les matchs locaux se déroulaient à Trois-Rivières, les Inuk évolueront, cette saison, au Stade Télus-Université Laval de Québec, puisqu’aucun terrain synthétique intérieur n’existe au Saguenay. Le duo d’entraîneurs tire pleinement profit des voyages répétitifs et les longues heures que leur occasionnent cette situation. « Nous en profitons pour faire des rencontres individuelles avec les athlètes ou visionner des vidéos des performances passées », affirme Olivier Chartier.

S’impliquer dans le soccer universitaire demande un engagement immense de la part des étudiants-athlètes, particulièrement pour l’équipe féminine de soccer des Inuk, qui devra affronter un adversaire chaque dimanche, pour les sept prochaines semaines. Ce calendrier exigeant ne fait pas peur à l’entraîneur-chef, qui connaît les forces de ses joueuses. « En plus d’être rapides, elles sont dédiées à leur sport et n’ont pas peur de se sacrifier en bloquant des ballons », termine-t-il.