Archives pour la catégorie Archives

Un défi de taille pour l’équipe féminine de soccer des Inuk

Après les équipes de cross-country, de volleyball, d’athlétisme et de soccer masculin, c’est finalement au tour de l’équipe féminine de soccer de donner le coup d’envoi à sa saison 2017. Après seulement une saison en division 1 de soccer intérieur et une longue période automnale d’entraînement, les étudiantes-athlètes affronteront leurs premières rivales dimanche, alors qu’elles croiseront le fer avec l’Université McGill. Aucun objectif en termes de victoires n’a été soulevé, mais c’est la compétitive constante que recherche l’entraîneur en chef, Olivier Chartier.

Pour la première fois, l’équipe a eu quatre mois d’entraînement afin de se préparer pour la saison intensive, tisser les liens entre les étudiantes-athlètes et développer l’esprit d’équipe. Elles ont même eu l’occasion à trois reprises d’affronter l’équipe du Collège d’Alma, dans le cadre de matchs hors concours. Cette période a été très bénéfique puisque l’équipe est composée majoritairement de recrues, à l’exception de sept vétéranes. L’entraîneur-chef est conscient que ses protégées n’ont pas pu se mesurer à plusieurs adversaires jusqu’à maintenant comme ont pu faire les autres équipes, mais il voit le côté positif de la situation. « Mes joueuses ne sont pas blessées et sont en pleine forme pour le début de la saison », soutient-il.

Contrairement à la saison dernière où les matchs locaux se déroulaient à Trois-Rivières, les Inuk évolueront, cette saison, au Stade Télus-Université Laval de Québec, puisqu’aucun terrain synthétique intérieur n’existe au Saguenay. Le duo d’entraîneurs tire pleinement profit des voyages répétitifs et les longues heures que leur occasionnent cette situation. « Nous en profitons pour faire des rencontres individuelles avec les athlètes ou visionner des vidéos des performances passées », affirme Olivier Chartier.

S’impliquer dans le soccer universitaire demande un engagement immense de la part des étudiants-athlètes, particulièrement pour l’équipe féminine de soccer des Inuk, qui devra affronter un adversaire chaque dimanche, pour les sept prochaines semaines. Ce calendrier exigeant ne fait pas peur à l’entraîneur-chef, qui connaît les forces de ses joueuses. « En plus d’être rapides, elles sont dédiées à leur sport et n’ont pas peur de se sacrifier en bloquant des ballons », termine-t-il.

Première fin de semaine positive pour l’équipe de soccer masculin

Les Inuk ont lancé leur saison 2016-2017 sur une note positive, malgré quelques faux pas. Après trois matchs, dont une défaite, un résultat nul et une victoire, l’équipe occupe le deuxième rang du classement général.

Le premier match contre l’ETS, qui s’est terminé par une défaite 2 à 1 a agi à titre de leçon pour la troupe de Christophe Lamant. Les nombreuses chances de marquer étaient présentes, mais l’incapacité à concrétiser les actions a ébranlé la confiance des Inuk. Ils ont payé le prix fort pour ce cinq minutes de déconcentration, alors que l’ETS a inscrit deux buts coup sur coup.  « Les joueurs sont devenus nerveux. Il faut garder en considération que l’équipe est jeune et qu’on pratique depuis trois mois sans avoir à affronter un adversaire », souligne l’entraîneur en chef. Sébastien Sylvestre a été le seul marqueur pour l’équipe chicoutimienne.

Les Inuk avaient rendez-vous avec l’Université Bishop’s pour le deuxième affrontement, qui s’est terminé par la marque égale de 3-3. François Lachance a inscrit deux buts, tandis que Emmanuel Larouche a été l’autre marqueur. L’issue de ce match laisse l’entraîneur en chef un peu amer : « nous aurions dû gagner le match ».

C’est au troisième match que l’équipe s’est ressaisie et a joué au niveau attendu. Les Inuk l’ont emporté par la marque de 3-0 sur les Torrents de l’UQO. «L’équipe a su se remobiliser et appliquer le plan de match à la lettre», explique Christophe Lamant. François Lachance a de nouveau marqué deux buts. Vincent Cancel s’est aussi inscrit au filet.

Dans un plan d’ensemble, l’entraîneur en chef est satisfait et même surpris du niveau de jeu de ses protégés. L’équipe a terminé sur une bonne note avec un match parfait, même si quelques maillons importants de l’équipe manquaient à l’appel. Il souligne que les étudiants-athlètes ont même mieux répondu que ce à quoi il était habitué en entraînement. «Il faudra maintenir notre concentration, être plus proactif et faire les efforts jusqu’au bout, mais nous pouvons finir la saison dans les deux premières positions», termine-t-il.

 

UQAC VS ETS: 1-2

UQAC VS BISHOP: 3-3

UQAC VS UQO: 3-0

 

Soccer masculin: Les Inuk défendront leur titre de champions cette saison

Une semaine après le lancement de la saison d’athlétisme qui en a surpris plus d’un, c’est au tour de l’équipe de soccer des Inuk de prendre part à ses trois premiers affrontements de la saison, qui auront lieu samedi prochain au Complexe sportif Alphonse-Desjardins de Trois-Rivières. L’équipe a beaucoup changé depuis la conquête du titre de champions la saison dernière, mais ce but tant convoité ne semble pas hors de portée, selon le nouvel entraîneur-chef et ancien étudiant-athlète membre des Inuk, Christophe Lamant.

L’équipe en général a fait peau neuve. Du côté du duo d’entraîneurs, après le départ de Stéphane Pagès, l’entraîneur adjoint Christophe Lamant, qui occupait ce poste depuis cinq ans, a accepté de prendre la tête de l’équipe. « Je n’ai pas hésité. C’est vraiment une belle preuve de confiance que l’université m’a faite. Je prends ce changement comme un défi », exprime-t-il. Très proche de ses joueurs, il accorde une grande importance à l’avis de ceux-ci. « Je crois que je peux beaucoup apprendre d’eux », souligne Christophe Lamant.

Conscient de la grande charge de travail et très humble face au fait d’être un jeune entraîneur, il a décidé de s’entourer de quelqu’un d’expérience et son choix s’est naturellement arrêté sur David Proulx, entraîneur en chef pour l’équipe de soccer du Cégep de Chicoutimi. Ayant déjà travaillé ensemble précédemment, le duo partage des affinités et se connaît bien, ce qui est un avantage pour l’équipe. Leurs personnalités très différentes se complètent afin de former un tout des plus avantageux pour les joueurs.

Pour David Proulx, maintenant entraîneur adjoint pour les Inuk, voir à long terme est important. C’est dans cette optique qu’il s’implique aussi dans le développement de jeunes joueurs. Être entraîneur pour les Inuk lui permet de voir le fruit de ce long travail. « Ils sont maintenant des hommes, nous pouvons travailler différemment et les pousser un peu plus », ajoute-t-il en riant. Son collègue Christophe Lamant souligne aussi que son esprit d’analyse est très utile à l’équipe.

Les Inuk feront donc tout en leur possible pour conclure la saison avec une bannière de champions. L’entraîneur-chef est optimiste tout en restant réaliste. « Je suis conscient que nos joueurs sont jeunes, mais en travaillant correctement et en équipe, on peut y arriver », termine-t-il.