Tous les articles par p8gagnon

La force de caractère dans la défaite

Les Inuk ont conclu la saison 2016-2016 sur une défaite de à 8 à 0 face à la puissante Université Laval, malgré le bon vouloir de l’équipe.

L’entraîneur en chef, Olivier Chartier, savait très bien que le match n’allait pas être facile et que son équipe allait devoir combattre. Son intuition était bonne. Dès la première minute de jeu, le Rouge et Or a trouvé le fond du filet, montrant de quel bois elles se chauffaient. Dix minutes plus tard, c’était 3 à 0 et c’était 6-0 à la mi-temps.

«J’ai dit aux filles qu’il fallait stopper l’hémorragie. Si ça continuait comme ça, le match allait se terminer 10 à 0 et ce n’est pas ce qu’on voulait», affirme l’entraîneur en chef.

Les Inuk auront donné une belle leçon de détermination et jouant jusqu’au bout, malgré la défaite imminente. «Je suis quand même fier. C’est certain que nous aurions aimé avoir au moins un match nul, mais les filles ont apprécié leur saison», souligne-t-il.

Plusieurs étudiantes-athlètes continueront de pratiquer le soccer cet été dans leur équipe respective.

L’heure du bilan

«Je retiens que les joueuses ont eu du caractère, qu’elles n’ont jamais abandonné et c’est ce que je souhaitais leur inculquer», confie Olivier Chartier.

Il soutient aussi que cette saison a fait de lui un meilleur entraîneur.

Réorientation pour les équipes du sport universitaire de l’UQAC

Saguenay, le 15 mars 2017 –Le programme du sport universitaire, les Inuk, de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) procède à une réorientation déjà amorcée en 2015 de ses équipes sportives. Dès la fin de l’année scolaire 2016-2017, les deux équipes de soccer, masculine et féminine, cesseront leurs activités. Le programme se concentrera ainsi sur les équipes d’athlétisme, de volleyball féminin et de cross-country.

Cette décision a été prise après plusieurs mois de réflexion et de consultation en conservant au cœur des questionnements le bien-être et le plein développement des étudiants-athlètes dans un contexte optimal, en tenant aussi compte des performances, de l’expérience des étudiants et du rayonnement de l’institution à travers le sport.

La ligue masculine de soccer intérieur à sept joueurs contre sept du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) dans laquelle évoluaient les Inuk sera abolie après cette saison par manque de participation des universités. Une nouvelle ligue non chapeautée par le RSEQ s’offrait aux Inuk, mais l’engagement monétaire et le calendrier étaient beaucoup trop importants pour les capacités du programme. Le remaniement financier qu’engendrait ce changement mettait en péril autant les performances que les conditions de développement des étudiants-athlètes, ce qui était inconcevable pour l’organisation. Dès la fin de la saison actuelle, les équipes sportives devront atteindre l’équilibre budgétaire et ainsi, s’autofinancer. Cette augmentation majeure des frais d’exploitation de l’équipe aurait rendu cet objectif impossible.

Du côté féminin, le taux de participation régional au soccer se situe à un niveau très bas dans la tranche d’âge visée par le sport universitaire. Cette difficile réalité compromet annuellement la survie de l’équipe en raison du nombre presque insuffisant d’étudiantes-athlètes pour assurer une formation complète.  Par ailleurs, étant donné que la région ne comporte aucune équipe collégiale de division 1 ou civile de niveau AAA, le calibre de compétition développé par le bassin naturel de recrutement dont bénéficient les Inuk ne détient habituellement pas le niveau de jeu requis pour la ligue de première division de soccer féminin universitaire du RSEQ.

Cette réorientation a été réalisée dans l’optique d’assurer des conditions d’entraînement optimales permettant aux étudiants-athlètes d’atteinte leur plein potentiel, dans un contexte de sport universitaire très performant et compétitif. Malgré ce changement, les étudiants désirant pratiquer un sport seront toujours encouragés et accompagnés dans leur développement par l’Université, le Pavillon sportif et les professionnels qui y gravitent.

Malgré cette décision qui fût difficile à prendre, l’avenir s’annonce prometteur pour le sport universitaire à l’UQAC.  Le suivi académique des étudiants-athlètes continuera d’être au cœur des priorités avec la mise en place d’un suivi des résultats scolaires. Le programme misera aussi sur une collaboration entre les étudiants de divers programmes en lien avec l’activité physique, notamment la kinésiologie et la physiothérapie, afin d’épauler les Inuk. Tout sera fait pour permettre aux étudiants-athlètes et aux entraîneurs de se développer pleinement dans le sport qui les rassemble.

La saison terminée, maintenant les éliminatoires

UQAC

Nos Inuk ont complété la saison avec une défaite de 4 à 0 face face au Vert et Or de l’Université Sherbrooke dimanche dernier. Malgré de bons coups, l’équipe chicoutimienne n’a pas réussi à marquer.

Le match avait très bien débuté. Selon l’entraîneur en chef, Olivier Chartier, les Inuk ont joué leur meilleure première demi de la saison. Mais il a suffi de baisse de concertation d’une durée de 15 minutes pour ouvrir la porte au Vert et Or et ainsi scellé l’issue du match.

L’entraîneur Olivier Chartier ne cache pas sa déception et recherche encore la cause et la solution de cette baisse. «Je ne sais pas. C’est peut-être le voyage et la fatigue. J’essaye encore de trouver une explication», souligne-t-il.

Les Inuk ont aussi fait de bons coups avec plusieurs chances de marquer et de belles actions offensives. Andréanne Fortin a d’ailleurs été élue étudiante-athlète du match en raison des chances qu’elle a eues au filet.

La saison régulière est maintenant terminée et l’entraîneur-chef a le regard tourné vers les séries éliminatoires. Il est optimiste et espère une meilleure performance.

Médaille d’argent pour nos Inuk

Les Inuk ont atteint leur objectif en allant jusqu’en finale et en remportant la médaille d’argent du championnat provincial provincial de volleyball universitaire qui avait lieu cette fin de semaine à l’UQAC.

Le plan de match de Ghyslain Bergeron était clair : rester concentré jusqu’à la fin pour se rendre en finale. Il ne nie d’ailleurs pas que le fait de jouer à la maison a rendu les étudiantes-athlètes un peu nerveuses en demi-finale contre l’UQAR. Les partisans présents ont eu le droit à tout un affrontement, alors que le match s’est prolongé jusqu’en cinquième manche.  «Nous n’avons pas l’habitude de les laisser prendre une aussi grande avance, mais les filles ont fait preuve de caractère en revenant toujours de l’arrière», souligne l’entraîneur en chef. Ce match était probablement le plus important de la saison, puisque c’était l’occasion d’attendre l’objectif : la finale. Les Inuk l’ont emporté 3-2.

L’équipe avait ensuite rendez-vous avec les championnes de la saison régulière, les Patriotes de l’UQTR. Malgré une défaite en trois manches, les étudiantes-athlètes ont donné tout ce dont elles étaient capables. La puissance offensive et défensive de Trois-Rivières aura eu raison des Inuk. L’entraîneur se dit aussi satisfait. Malgré la perte de plusieurs joueuses importantes tout au long de l’année, l’objectif de début de saison a été atteint, ce qui en dit long sur le potentiel des étudiantes-athlètes. Ghyslain Bergeron souligne d’ailleurs le travail important de plusieurs des maillons de l’équipe. La passeuse recrue Alyson English a d’ailleurs fait un travail remarquable. Elle avait beaucoup à apprendre en peu de temps. C’est avec son écoute et sa détermination qu’elle a réussi à surprendre.

La prochaine saison s’annonce prometteuse. En plus d’avoir un noyau plus fort que cette année et beaucoup d’acquis, l’équipe d’entraîneurs a débuté le recrutement d’athlètes. L’objectif est bien clair : une place sur le podium des médailles.

Deux Inuk nommés sur l’équipe d’étoiles du RSEQ

volleyball_etoiles

Le programme du sport universitaire de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a l’honneur d’annoncer que deux étudiantes-athlètes membres de l’équipe de volleyball des Inuk ont mérité leur place sur l’équipe d’étoiles du RSEQ. Sandrine Mailloux, à la position de centre, et Sarah-Pier Babin, libéro, se sont démarquées tout au long de la saison pour se mériter l’honneur décerné par les entraîneurs du circuit. Cette annonce précède le championnat provincial qui se déroulera les 10 et 11 mars au Pavillon sportif de l’UQAC.

Étudiante-athlète de première année en Sciences administratives originaire de Normandin, Sandrine Mailloux a réussi à surprendre avec son travail acharné. Même si cette place au sein de l’équipe d’étoiles ne lui était pas promise, elle a su se faufiler pour faire l’unanimité auprès des entraîneurs, même si elle n’a pas connu le niveau de jeu collégial AAA, contrairement à ses adversaires. Obtenir ce poste en étant une recrue est quelque chose de remarquable selon son entraîneur, Ghyslain Bergeron. « C’est agréable de voir une athlète qui en est à ses débuts avec l’équipe et qui reçoit un tel honneur. Ça confirme que le travail qu’on fait a été efficace et que de belles choses sont encore à venir », souligne-t-il.

Sarah-Pier Babin a été nommée sur l’équipe d’étoiles à titre de libéro pour une deuxième année consécutive. L’étudiante-athlète de deuxième année en adaptation scolaire s’est démarquée par son leadership. Il est difficile d’obtenir le poste sur l’équipe d’étoiles pour une deuxième année à cause des attentes élevées, mais la Septilienne a réussi à monter son niveau de jeu d’un cran. «Avec son leadership, Sarah-Pier a réussi à développer une relation de confiance avec ses coéquipières et avec moi aussi», ajoute Ghyslain Bergeron.

UQAC hôte du championnat provincial

À compter de demain, 19h, l’UQAC accueillera les meilleures joueuses de volleyball dans la deuxième division à l’occasion du championnat provincial de volleyball. Les Inuk tenteront de défendre leur titre de championnes. Le but est certainement d’accéder à la finale de la médaille d’or, mais les étudiantes-athlètes devront d’abord affronter le Nordet de l’Université du Québec à Rimouski, un spectacle à ne pas manquer.

 

Voici l’horaire de la fin de semaine :

Vendredi 10 mars

19h : Torrents de l’UQO VS Patriotes de l’UQTR

21h : Nordet de l’UQAR VS Inuk de l’UQAC

Samedi 11 mars

11h : Finale bronze

13h : Finale or

Une progression payante: les Inuk au deuxième rang

Après une saison sous le signe de la progression, les Inuk ont complété le dernier tournoi de la saison avec deux victoires et un match nul, terminant ainsi au deuxième rang. L’entraîneur Christophe Lamant se dit satisfait de la performance de ses joueurs.

La fin de semaine a débuté sur une bonne note avec une victoire de 5 à 1 face à l’UQO. Le plan de match a été respecté à la lettre et quelques correctifs ont été appliqués, donnant ainsi lieu à un affrontement à l’avantage des Inuk. François Lachance a encore brillé offensivement avec trois buts. Vincent Cancel et Emmanuel Larouche se sont aussi inscrits au filet.

Le deuxième affrontement n’a pas été des plus faciles. Les Inuk avaient rendez-vous avec l’équipe de l’Université Bishop’s. L’équipe chicoutimienne n’arrivait pas à marquer et semblait déconcentrée par la victoire précédente, selon les dires de l’entraîneur en chef, ce qui a pu créer un certain doute dans leur esprit. À la mi-temps, Christophe Lamant a tenu à ressaisir ses joueurs, ce qui a semblé porter fruit, puisque Emmanuel Larouche et Samuel Tremblay ont marqué par la suite. Le match s’est terminé par la marque de 2 à 2.

Les Inuk ne voulaient pas terminer la saison sur une mauvaise note. «Il fallait se reprendre», soutient l’entraîneur en chef. L’adversaire pour le dernier match de la saison était l’équipe de l’ETS, invaincue jusqu’à maintenant. L’équipe chicoutimienne savait que ce match était important puisque c’était l’occasion de semer le doute dans la tête de leurs adversaires avant les séries. Le capitaine des Inuk a d’ailleurs livré un discours afin de motiver les troupes, ce qui a semblé fonctionner. «Les joueurs sont sortis avec le couteau entre les dents», affirme Christophe Lamant. Les Inuk ont réussi à marquer les premiers et ont poussé l’ETS à commettre des fautes, allant jusqu’à l’expulsion de l’un des leurs pour une faute commise à l’endroit de François Lachance. L’équipe chicoutimienne a poursuivi sur cette lancée pour marquer à nouveau, quittant ainsi avec une superbe victoire de 5 à 1. Vincent Cancel, Yanick Parent, Paul Sergerie et François Lachance (deux fois) sont les marqueurs.

Un bilan positif

L’entraîneur en chef, Christophe Lamant regarde la saison d’un œil positif. Il souligne l’amélioration remarquable de l’attaque et de la structure défensive. «Nous avons perdu le premier match face à l’ETS, le deuxième s’est terminé à égalité et nous avons remporté le dernier», remarque Christophe Lamant.

Avec les séries qui approchent à grands pas, les Inuk vont bien sûr s’entraîner, mais analyseront aussi beaucoup l’équipe de l’Université Bishop’s, leur bête noire, et leurs premiers adversaires dans les séries. L’objectif est d’aller chercher une médaille, mais Christophe Lamant ne veut pas mettre trop de pression sur ses étudiants-athlètes. «Nous ne partons pas favoris, ce n’est pas nous qui avons la pression. Nous allons travailler fort pour surprendre», termine-t-il.

Les Inuk auront rendez-vous le 1er avril pour défendre leur titre de champions.

Soccer féminin : Les Inuk sur la bonne voie

UQAC

L’équipe féminine de soccer des Inuk a disputé son meilleur match de la saison samedi dernier, face aux Citadins de l’UQAM, malgré une défaite de 4 à 2. Optimiste, l’entraîneur en chef Olivier Chartier est content de la performance de ses étudiantes-athlètes.

Après un match plus difficile la semaine dernière, l’équipe d’entraîneurs a organisé une séance de visionnement des performances jeudi. Olivier Chartier croit fermement que cette rencontre a beaucoup aidé.

Cet affrontement face à l’UQAM n’a toutefois pas débuté de la meilleure façon. Après 15 minutes de jeu, l’équipe adverse menait déjà par trois points. Les Inuk ont toutefois fait preuve de caractère et se sont retroussé les manches afin de resserrer la marque. «Les joueuses ont été patientes et l’esprit d’équipe était vraiment au rendez-vous», souligne l’entraîneur en chef.

Christina Amboulé et Florence Masse se sont ensuite inscrites au filet, resserrant l’écart entre les deux équipes.

Malgré une défaite de 4 à 2, Olivier Chartier juge que son équipe s’est très bien défendu avec de très bonnes chances de marquer.

Rappelons que la gardienne de but Diane Vézina éprouve toujours quelques douleurs à la suite d’une blessure.

Deux médailles pour terminer la saison

ROUGE ET OR

Les Inuk n’auraient pas pu terminer d’une meilleure façon cette remarquable saison. Les étudiants-athlètes ont tout donné afin de réaliser les meilleures performances possible au championnat provincial qui se déroulait à l’Université Laval; ce qui a donné lieu à deux médailles de bronze et de nombreux records personnels, du jamais vu pour l’équipe.

L’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin ne pourrait pas être plus fière. «Il y avait une belle fébrilité dans l’air. Nos étudiants-athlètes étaient prêts et l’équipe était confiante. Nous avons commencé très fort», raconte-t-elle. L’épreuve du 60m, où tous ont accompli de belles performances, a donné le ton à la compétition.

Bertrand Naon est ensuite allé chercher la médaille de bronze au tout dernier saut de l’épreuve, créant la surprise. Une deuxième médaille s’est ajoutée dimanche, alors que Brian Bégin a complété la difficile épreuve de l’heptathlon à la troisième position. Il s’agit d’ailleurs d’un record de points du côté masculin chez les Inuk et même d’une année record en ce qui concerne le nombre de médailles. Florian Brenaud a aussi inscrit une nouvelle marque au saut en longueur avec 6,10 mètres.

L’esprit d’équipe habituel de la troupe était encore au rendez-vous. Cette fin de semaine était la dernière occasion pour certains de vivre l’expérience de groupe en athlétisme. «Ce que nos étudiants-athlètes ont accompli, c’est vraiment impressionnant. Nous avons battu certaines grandes universités et nous nous sommes approchées d’autres», souligne fièrement Anne-Marie Fortin.

Avec une équipe presque entièrement composée de recrues, les étudiants-athlètes ont progressé de façon remarquable, en plus d’ajouter de la profondeur à l’équipe et de promouvoir le sport dans la région. «Il n’y a pas de meilleure façon de recruter de nouveaux talents dans notre équipe. La performance attire la performance», conclut l’entraîneuse en chef.

60m femmes (qualifications)

#18 Lauriane Simard

#23 Véronique Morin

 

60m hommes (qualifications)

#14 Florian Brenaud

#17 Bastien Gadoury

#22 Pierric Desranleau

#25 Raphael Beauchemin

#26 Adrien Turgeon

 

300m femmes

#24 Lauriane Simard

#29 Véronique Morin

 

300m hommes

#22 Pierric Desranleau

#23 Raphael Beauchemin

#24 Guillaume Couture

#25 Adrien Turgeon

— Bertrand Naon

 

1000m femmes

#26 Madelaine Jacob

 

1000m hommes

#19 Frédéric Lefebvre

#25 Nicolas Lemieux

 

1500m femmes

#32 Madelaine Jacob

 

1500m hommes

#24 Frédéric Lefevbre

#28 Valentin Perrin

#35 Nicolas Lemieux

 

3000m hommes

#21 Valentin Perrin

#22 Charles-Olivier Hupaya-Proulx

 

Saut en hauteur

#4 Maxime Campagna Lejeune

 

Saut en longueur

#7 Florian Brenaud

#9 Bertrand Naon

#10 Raphael Beachemin

 

Relais 4x400m hommes

#5 Inuk (Bertrand Naon, Frédéric Lefebvre, Marc-André Tremblay, Florian Brenaud)

 

Heptathlon hommes

#3 Brian Bégin

 

Lancer du poids 16 lbs

#12 André Soucy

#13 Pierric Desranleau

 

Triple saut

#3 Bertrand Naon

#7 Florian Brenaud

#8 Jean-Michel Gagnon

 

Match difficile pour nos Inuk

UQAC

L’équipe féminine de soccer des Inuk a concédé la victoire par la marque de 4 à 0 face aux Patriotes de l’UQTR samedi dernier. Le résultat n’était pas celui escompté, mais plusieurs facteurs ont fait que le vent n’a pas tourné en faveur de l’équipe chicoutimienne.

Le match avait pourtant bien commencé, après 15 minutes, le pointage était toujours à égalité. Les Patriotes ont par contre profité d’une erreur des Inuk pour prendre l’avance et ne jamais la perdre jusqu’à la fin de l’affrontement.

Les étudiantes-athlètes ont ensuite changé leur façon de jouer et ont semblé être nerveuses, ce qui contraste avec leur détermination habituelle.

L’entraîneur en chef, Olivier Chartier, ne le cache pas, l’équipe est déçue du résultat. «On croyait vraiment être capable de rivaliser avec eux et de terminer avec un match nul ou même une victoire», souligne-t-il.

Il faut le souligner, les effectifs étaient réduits. En plus d’une joueuse malade, la gardienne de but Diane Vézina n’est toujours pas remise de sa blessure subie dans le match précédent. Sa présence pour la semaine prochaine est encore incertaine.

Le prochain match aura lieu samedi face à l’UQAM.

Les Inuk terminent au deuxième rang

Léquipe féminine de volleyball des Inuk a terminé la saison sur une bonne note, avec une défaite et deux victoires, terminant ainsi au deuxième rang du classement. Caractère, détermination et travail d’équipe étaient au rendez-vous cette fin de semaine.

Loin d’être une saison facile avec le départ de plusieurs vétéranes importantes pour l’équipe, les recrues ont dû se lever et occuper des postes de leaders, ce qu’elles ont fait avec brio. Dès le premier match de ce tournoi, les étudiantes-athlètes ont dû faire face à d’importants obstacles : le départ imprévu de la capitaine Alexandra Maltais et la blessure d’une de leur coéquipière. Avec seulement huit membres de l’équipe sur le banc, les Inuk étaient au minimum de joueuses requis pour jouer un match.

Les étudiantes-athlètes ont toutefois profité de ces difficultés pour élever leur jeu d’un cran. «On peut dire que nous étions en mode reconstruction. Nous devions travailler différemment avec le départ d’Alexandra Maltais et les filles ont très bien fait», souligne l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron.

Ce bel effort n’aura toutefois pas suffi pour cette fois-ci, alors que les Inuk se sont inclinés par la marque de 3-0 face aux championnes de la saison, les Patriotes de l’UQTR.

L’équipe a par contre réussi à atteindre son objectif en terminant avec deux victoires de 3-1 face à l’UQO et l’ETS.

«Après la perte de notre passeuse numéro un et de notre capitaine ainsi que la blessure d’une joueuse, les filles auraient pu perdre confiance, mais elles ont fait preuve de caractère et se sont même surprises elles-mêmes», raconte fièrement l’entraîneur.

Les joueuses avec peu d’expérience l’ont d’ailleurs surpris, avec de belles performances. Il note aussi le jeu de Sarah-Pier Babin, qui a été tout en puissance et subtilité.

Les Inuk auront trois semaines, afin de se préparer au championnat provincial de volleyball qui prendra place à l’UQAC les 10 et 11 mars. Ghyslain Bergeron souhaite que ses étudiantes-athlètes jouent le mieux possible pour bien sûr atteindre la finale.