Tous les articles par p8gagnon

Match difficile pour nos Inuk

UQAC

L’équipe féminine de soccer des Inuk a concédé la victoire par la marque de 4 à 0 face aux Patriotes de l’UQTR samedi dernier. Le résultat n’était pas celui escompté, mais plusieurs facteurs ont fait que le vent n’a pas tourné en faveur de l’équipe chicoutimienne.

Le match avait pourtant bien commencé, après 15 minutes, le pointage était toujours à égalité. Les Patriotes ont par contre profité d’une erreur des Inuk pour prendre l’avance et ne jamais la perdre jusqu’à la fin de l’affrontement.

Les étudiantes-athlètes ont ensuite changé leur façon de jouer et ont semblé être nerveuses, ce qui contraste avec leur détermination habituelle.

L’entraîneur en chef, Olivier Chartier, ne le cache pas, l’équipe est déçue du résultat. «On croyait vraiment être capable de rivaliser avec eux et de terminer avec un match nul ou même une victoire», souligne-t-il.

Il faut le souligner, les effectifs étaient réduits. En plus d’une joueuse malade, la gardienne de but Diane Vézina n’est toujours pas remise de sa blessure subie dans le match précédent. Sa présence pour la semaine prochaine est encore incertaine.

Le prochain match aura lieu samedi face à l’UQAM.

Les Inuk terminent au deuxième rang

Léquipe féminine de volleyball des Inuk a terminé la saison sur une bonne note, avec une défaite et deux victoires, terminant ainsi au deuxième rang du classement. Caractère, détermination et travail d’équipe étaient au rendez-vous cette fin de semaine.

Loin d’être une saison facile avec le départ de plusieurs vétéranes importantes pour l’équipe, les recrues ont dû se lever et occuper des postes de leaders, ce qu’elles ont fait avec brio. Dès le premier match de ce tournoi, les étudiantes-athlètes ont dû faire face à d’importants obstacles : le départ imprévu de la capitaine Alexandra Maltais et la blessure d’une de leur coéquipière. Avec seulement huit membres de l’équipe sur le banc, les Inuk étaient au minimum de joueuses requis pour jouer un match.

Les étudiantes-athlètes ont toutefois profité de ces difficultés pour élever leur jeu d’un cran. «On peut dire que nous étions en mode reconstruction. Nous devions travailler différemment avec le départ d’Alexandra Maltais et les filles ont très bien fait», souligne l’entraîneur en chef, Ghyslain Bergeron.

Ce bel effort n’aura toutefois pas suffi pour cette fois-ci, alors que les Inuk se sont inclinés par la marque de 3-0 face aux championnes de la saison, les Patriotes de l’UQTR.

L’équipe a par contre réussi à atteindre son objectif en terminant avec deux victoires de 3-1 face à l’UQO et l’ETS.

«Après la perte de notre passeuse numéro un et de notre capitaine ainsi que la blessure d’une joueuse, les filles auraient pu perdre confiance, mais elles ont fait preuve de caractère et se sont même surprises elles-mêmes», raconte fièrement l’entraîneur.

Les joueuses avec peu d’expérience l’ont d’ailleurs surpris, avec de belles performances. Il note aussi le jeu de Sarah-Pier Babin, qui a été tout en puissance et subtilité.

Les Inuk auront trois semaines, afin de se préparer au championnat provincial de volleyball qui prendra place à l’UQAC les 10 et 11 mars. Ghyslain Bergeron souhaite que ses étudiantes-athlètes jouent le mieux possible pour bien sûr atteindre la finale.

Maradon 2017: une participation record

Dépassement de soi, esprit d’équipe et plaisir étaient au rendez-vous à l’occasion de la 5e édition du Maradon des Inuk qui avait lieu ce jeudi 16 février au Pavillon sportif de l’UQAC. Accessible à tous, l’évènement a rassemblé 32 équipes totalisant 290 coureurs, un nombre record d’inscriptions. Les participants ont couru en équipe 21,1 km, ce qui représente 120 tours de piste.

Le travail hors pair du comité de financement, présidé par Alain Provencher du cabinet d’avocats Simard Boivin Lemieux, et la participation remarquable de plusieurs entreprises régionales au Maradon ont permis d’amasser un montant de 20 000 $. Ce financement considérable permettra de contribuer aux activités quotidiennes du programme qui comprennent entre autres les déplacements, la rémunération des entraîneurs et l’achat d’équipement qui, par le fait même, permet le développement sportif, professionnel et personnel des étudiants-athlètes.

L’activité rassembleuse se déroulait sous le thème des années 80. Vêtements aux couleurs flamboyantes et bracelets phosphorescents ont ajouté à l’ambiance festive qui régnait. Plus de 4000 $ ont d’ailleurs été remis en prix de présence.

Participation des étudiants-athlètes

Comme l’implication est au cœur de la mentalité de l’organisation, plusieurs étudiants-athlètes se sont portés volontaires pour permettre le bon fonctionnement de l’évènement. Membre de l’équipe de cross-country, étudiant-athlète au baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé et athlète olympique en vélo de montagne, Léandre Bouchard était de la partie à titre d’invité d’honneur. La nouvelle révélation du saut en hauteur, Maxime Campagna Lejeune, a quant à lui fera une démonstration et animera le concours de saut, tout en donnant quelques trucs aux participants. Le tout se déroulera avant le départ.

Quelques mots sur le sport universitaire à l’UQAC

Les Inuk portent dignement les couleurs de l’UQAC sur la scène sportive universitaire québécoise depuis 2006. Répartis au sein de cinq équipes, soit l’athlétisme, le cross-country, le volleyball féminin, et le soccer masculin et féminin, ces quelque 70 étudiants-athlètes incarnent l’excellence sportive et scolaire. Constamment au cœur de nos décisions et de notre engagement, le sport universitaire se développe à l’UQAC avec des valeurs basées sur le respect, le plaisir, la rigueur, le dépassement de soi, la loyauté et la solidarité.

Sur la photo: Philippe Gagnon, Responsable du sport universitaire | INUK, Stéphane Riverin, Associé et directeur du développement des affaires, Agence Polka, Mathieu Tremblay, arpenteur-géomètre, chez Chiasson & Thomas, Richard Gauthier, Président, Construction Gauthier Inc, Président: Alain Provencher est avocat et associé de la société SIMARD BOIVIN LEUMIEUX S.E.N.C.R.L, Isabelle Côté, Pavillon sportif, Virginie Vachon, CPA auditrice, CA chez Malette SENCRL et Léandre Bouchard, invité d’honneur.

 

Une amélioration constante pour l’équipe masculine de soccer

L’équipe masculine des Inuk a très bien fait cette fin de semaine avec un match nul et deux victoires. En plus de l’offensive impressionnante qui a réussi a marqué 12 buts, la défensive en a seulement accordé six.

Les Inuk avaient rendez-vous avec les piranhas de l’ETS pour le premier affrontement qui s’est terminé par la marque de 2 à 2. Le match avait mal démarré alors que l’ETS avait pris l’avance. L’équipe chicoutimienne ne s’est toutefois pas laissée faire et elle a fait preuve de caractère en revenant toujours dans la partie, ce qui a permis d’éviter la défaite contre leurs plus grands adversaires, selon l’entraîneur en chef, Christophe Lamant. Yanick Parent et Erwan Mélou sont les deux étudiants-athlètes qui se sont inscrits au filet.

La troupe de Christophe Lamant devait ensuite affronter l’Université Bishops’s. Les Inuk ont très bien débuté, mais un petit relâchement s’est par contre fait ressentir au milieu de la partie. L’équipe n’a toutefois jamais lâché prise avec un total de cinq buts marqués dont deux par François Lachance, un par Charles Fortin, un par Yanick Parent et un par Samuel Tremblay, l’emportant ainsi 5 à 2.

Les Torrents de l’UQO étaient les prochains à affronter les Inuk. Occupant le dernier rang au classement de la ligue et n’ayant encore aucune victoire cette saison, il était facile de sous-estimer. «L’équipe était totalement différente que ce que nous avions vu en début de saison, et ça nous a surpris», confie l’entraîneur en chef. Les Inuk se sont toutefois levés défensivement et offensivement pour l’emporter 5 à 2. Les marqueurs ont été Yanick Parent, Samuel Tremblay et François Lachance, qui s’est inscrit trois fois au filet.

Christophe Lamant souligne que la force de caractère et mentale des Inuk a été un gros point positif lors de ce deuxième tournoi de la saison. La progression du niveau de jeu est aussi remarquable.

L’équipe retournera sur le terrain le 4 mars.

La solidarité dans la défaite

UQAC

L’équipe féminine de soccer des Inuk a vécu un match plutôt hors du commun samedi dernier, alors qu’elle affrontait l’équipe de l’Université de Montréal. Malgré la défaite de 8 à 0 que la troupe chicoutimienne a subie et la blessure de la gardienne de but, une énergie positive et un esprit de solidarité sont à retenir.

L’entraîneur en chef Olivier Chartier le savait d’emblée, le match ne s’annonçait pas facile. Après une défaite de 8 à 0 la semaine dernière face à l’Université Laval, l’équipe était prête à compétitionner. Même si la marque finale reste la même, l’entraîneur en chef souligne que l’affrontement s’est mieux déroulé que le précédent.

En deuxième demie, la gardienne de but Diane Vézina a subi une blessure, la forçant ainsi à quitter le terrain. N’ayant pas de remplaçante pour pallier au manque, la joueuse Alexandra Fillion, étudiante-athlète au certificat en toxicomanie et autres dépendances, s’est portée volontaire pour garder le but, même si elle n’avait aucune expérience à cette position. Ce changement majeur sur le terrain a fait en sorte que l’équipe a terminé avec seulement 10 joueuses sur le terrain, contrairement à 11 pour l’équipe adverse.

L’équipe ne s’est toutefois pas laissée abattre et n’a pas abandonné. Cette situation inhabituelle a donné de l’énergie positive aux étudiantes-athlètes qui ont fait preuve de beaucoup de solidarité. Les Inuk ont même eu quelques chances de marquer alors qu’elles avaient un nombre inférieur de joueuses sur le terrain.

Les Inuk prendront part à leur cinquième match de la saison, dimanche prochain à Québec.

Défaite formatrice pour l’équipe féminine de soccer

UQAC

L’équipe féminine de soccer des Inuk a subi un revers de 8-0 contre les championnes canadiennes de l’Université Laval, dimanche dernier. Malgré le pointage qui n’était pas celui espéré, la défaite s’est avérée très formatrice pour l’équipe chicoutimienne.

L’entraîneur en chef, Olivier Chartier, avait bien sûr des espérances face à cet affrontement, mais tenait à rester réaliste. « Nous ne voulions pas nous cacher que ce match allait être très difficile. C’est certain que nous espérions que le résultat serait différent, mais il y a beaucoup de positif qui en ressort », souligne-t-il.

En plus de l’intensité qui a été au cœur de l’affrontement tout au long de la partie, la gardienne de but, Diane Vézina, a été « sublime », selon les termes de son entraîneur. Elle a réalisé plusieurs arrêts spectaculaires. « Les partisans qui étaient présents au Stade Telus ont eu le droit à tout un spectacle », a-t-il lancé en riant.

En réalisant que la défaite était imminente, Olivier Chartier a décidé de réaliser des tests sur le terrain, en modifiant des tactiques de jeu. Ces changements ont été bénéfiques en expériences. L’équipe misera sur le jeu de relance dans les prochains entraînements.

Le prochain match aura lieu samedi face à l’Université de Montréal.

La force de caractère des Inuk au rendez-vous

UQAC

Malgré une défaite de 4-2, face à l’Université Concordia, l’équipe féminine de soccer des Inuk a démontré beaucoup de caractère en donnant son maximum et en répliquant par la force du ballon.

«Le match a été assez serré malgré le résultat», a souligné l’entraîneur en chef, Olivier Chartier. L’équipe chicoutimienne avait rendez-vous dimanche dernier au stade Telus de l’Université Laval pour leur deuxième affrontement de la saison. Après une défaite, le désir de la victoire habitait forcément les porte-couleurs des Inuk.

L’équipe de l’Université Concordia a ouvert la marque à la 9e minute de jeu, prenant ainsi l’avance. La troupe d’Olivier Chartier a par contre retroussé leur manche et Élodie Bouchard-Lalancette a trouvé le fond du filet moins d’une minute après que l’adversaire ait marqué. Concordia a ensuite maqué deux buts consécutifs, dont un sur un tir de pénalité, reprenant ainsi l’avance.

Christina Amboulé a donné un dernier espoir aux Inuk en s’inscrivant au filet, réduisant ainsi la maque à 3-2. Cette remontée n’aura, par contre, pas été suffisante. Les Stigneurs de l’Université Concordia ont profité d’une contre-attaque pour marquer leur 4e but de la rencontre.

L’entraîneur en chef et ses étudiants-athlètes sont tous d’accord, l’allure du match est loin d’être décevante. «L’équipe a répliqué tout de suite après le premier but de Concordia. Nos joueuses se sont vraiment battues jusqu’à la fin», soutient-il.

D’ici le prochain match, qui aura lieu le dimanche 5 février, les Inuk mettront l’emphase sur les mouvements offensifs à l’entraînement.

Records d’équipe battus au McGill Challenge

ROUGE ET ORRecords personnels, améliorations impressionnantes, records d’équipe et dépassement de soi étaient au rendez-vous cette fin de semaine au McGill Challenge, alors que l’équipe d’athlétisme des Inuk a surpris une fois de plus. Même s’il s’agit d’une des compétitions universitaires les plus relevées au pays, la troupe chicoutimienne a tout de même réussi à laisser sa marque.

Après maintenant trois compétitions, l’entraîneuse en chef, Anne-Marie Fortin, souligne que ses étudiants-athlètes ont très bien réussi à gérer le stress associé à cet événement d’envergure. Les Inuk ont réussi à amasser un total de quatre points au classement, ce qui constitue une première pour l’organisation. «C’est du jamais vu ! En 2013, l’équipe avait réussi à obtenir deux points, mais jamais quatre», s’exclame l’entraîneuse-chef. Les points sont attribués aux dix premières places du classement de chaque épreuve parmi les athlètes universitaires.

Ce sont donc trois étudiants-athlètes qui ont réussi à s’inscrire parmi les huit premiers. Bertrand Naon a terminé 9e (7e parmi les universitaires) au triple saut, Maxime Campagna-Lejeune s’est placé à la 10e (8e parmi les universitaires) au saut en hauteur et Brian Bégin a terminé 11e à l’heptathlon (8e parmi les universitaires).

Laisser sa marque dans le livre des Inuk

Quatre records d’équipe ont d’ailleurs été surpassés cette fin de semaine.

  1. Alexandre Paquet (lancer du poids 7,26kg- 10,86m)
  2. Florian Brenaud (saut en longueur- 6,09m)
  3. Brian Bégin (60m haies- 7,65 sec.)
  4. Équipe masculine relais 4x800m (8min41sec)

Plusieurs athlètes sont aussi passés très près de battre d’autres records d’équipe.

D’ici le championnat provincial

À maintenant un mois du championnat provincial, le compte à rebours est lancé pour Anne-Marie Fortin.  La prochaine semaine sera consacrée à la récupération et le niveau d’intensité d’entraînement sera ensuite régressif jusqu’au jour J. L’entraîneuse en chef a l’intention d’optimiser la planification des épreuves pour chaque étudiant-athlète. Elle va prioriser la participation à leur épreuve de prédilection.

Les résultats :

Épreuves femmes

60m

44e Lauriane Simard
60e Véronique Morin

300m

64e Véronique Morin

600m

40e Rachel Arsenault-Belley

46e Léonie Bauer
49e Viviane Harvey
54e Frédérique Poulin

1500m

49e Madelaine Jacob
59e Myriam Hardy
60e Frédérique Tremblay

3000m

29e Madelaine Jacob
30e Myriam Hardy
33e Frédérique Trelay

Épreuves hommes

60m

44e Florian Brenaud
53e Bastien Gadoury
58e Bertrand Naon
62e Alex Clerka
67e Pierric Desranleau
68e Raphaël Beauchemin

300m

53e Alex Clerka
59e Pierric Desranleau
61e Raphaël Beauchemin
62e Guillaume Couture

600m

44e Marc-André Tremblay

1000m

33e Frédéric Lefebvre
51e Nicolas Lemieux

1500m

64e Valentin Perrin
76e Charles-Olivier Hupaya-Proulx
80e Nicolas Lemieux

4x800m

9e (Frédéric Lefebre, Valentin Perrin, Marc-André Tremblay, Charles-Olivier Hupaya-Proulx)

Saut en hauteur

10e Maxime Campagna Lejeune

Saut en longueur

12e Florian Brenaud
16e Bertrand Naon
20e Raaphaël Beauchemin

Triple saut

9e Bertrand Naon
11e Jean-Miche Gagnon
12e Bastien Gadoury
13e Florian Brenaud

Lancer du poids 7,26kg

16e Alexande Paquet
23e André Soucy
24e Pierric Desranleau

Heptatlon

11e Brian Bégin

Anne-Marie Fortin à la tête de l’équipe québécoise d’athlétisme

En cette journée nationale du sport féminin, nous tenons à féliciter Anne-Marie Fortin, entraîneuse en chef de l’équipe d’athlétisme des Inuk, qui a été nommée entraîneuse-chef de l’équipe qui représentera le Québec au Match Cadet Québec vs Ontario. Cet évènement aura lieu le 11 février à York University (Toronto).

Étant entraîneuse responsable des sauts pour les deux dernières années, Anne-Marie en est à sa troisième expérience avec cette équipe. Son travail sera, cette fois-ci, principalement axé sur l’encadrement des autres entraîneurs, ce qui constitue un beau défi selon elle. «Je suis habituée de travailler avec des entraîneurs de 30 ou 35 ans. Lors de cette compétition, je devrai en encadrer certains qui ont 45 ans et qui ont de l’expérience. Ça sera un très beau défi et je suis très contente», souligne-t-elle.

Jean-Michel Gagnon, un autre Inuk, a aussi été nommé comme physiothérapeute-étudiant pour cette même équipe.

Au total, 47 jeunes athlètes participeront à cet évènement, encadrés par une équipe de 9 entraîneurs. Le Québec a remporté les honneurs de ce Match en 2015 et 2016 après avoir concédé la victoire à l’Ontario de 2011 à 2014.

Bel effort de nos Inuk pour le premier match de la saison

Le résultat du match ne reflète pas toujours l’effort des troupes. C’est ce qui s’est produit dimanche dernier alors que l’équipe féminine de soccer des Inuk s’est inclinée 3-0 face à l’Université McGill, à l’occasion du premier affrontement de la saison.

Le bilan général de l’entraîneur en chef, Olivier Chartier, est positif. «Malgré le résultat de 3-0, le match était serré et les filles ont offert une belle résistance. Nous avons été dans le match tout le long», soutient-il. La baisse d’énergie en deuxième demie a fait mal aux Inuk et a permis à leurs adversaires de marquer trois buts.

L’entraîneur en chef souligne que la circulation du ballon a été un point fort du match. Les étudiants-athlètes ont aussi été très disciplinés en zone défensive.

Le prochain match aura lieu dimanche prochain contre l’Université Concordia. D’ici là, l’équipe d’entraîneurs a l’intention d’axer l’entraînement sur les jeux arrêtés et la circulation du ballon dans la zone offensive.