Lancement de l’édition 2016-2017 de la Loto Inuk

L’organisation des Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a procédé le 13 octobre dernier au lancement de l’édition 2016-2017 de la Loto Inuk, la plus importante activité de financement pour le programme de sport universitaire à l’UQAC. C’est d’ailleurs une version revampée de la Loto Inuk qui est proposée cette année, renouvelée pour mieux répondre aux attentes de la communauté.

Implantée depuis trois ans au sein du programme, la Loto Inuk revient cette année sous une toute nouvelle formule plus accessible. « Il était important pour nous de pouvoir joindre tout le monde, autant la communauté universitaire que la population de Saguenay en général, afin de faire connaître les Inuk dans la région », souligne Philippe Gagnon, responsable du sport universitaire à l’UQAC. Cinq tirages de 1 000 $ en argent comptant auront lieu entre les mois d’octobre et de mars. Au coût de 20 $, les 1 000 billets en circulation sont en vente via le site Web des Inuk (inuk.uqac.ca), au Pavillon sportif de l’UQAC et par les entraîneurs, ambassadeurs et étudiants-athlètes. « Nos étudiants-athlètes sont nos meilleurs ambassadeurs : ils sont le reflet du dynamisme de notre programme. Il nous apparaît évident qu’ils sont les mieux placés pour promouvoir cette activité de financement », soutient le responsable du sport universitaire.

Construire un programme de sport universitaire tel que les Inuk constitue un défi de taille nécessitant, entre autres, un financement considérable. Les montants amassés par cette activité permettront de contribuer aux activités quotidiennes du programme, qui comprennent les déplacements, la rémunération des entraîneurs et l’achat d’équipement. « Soutenir le développement sportif, professionnel et personnel de ces étudiants-athlètes, augmenter leur sentiment d’appartenance, dynamiser leur milieu et offrir à tous les gens de la région un modèle d’excellence, c’est d’abord et avant tout contribuer au rayonnement et à la prospérité de toute une région », termine Philippe Gagnon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − = 0