Une compétition préparatoire qui annonce de belles choses

Alexandre Gbaguidi
Alexandre Gbaguidi

Dans leur préparation pour la deuxième portion du calendrier qui consistera en de l’athlétisme en salle, les INUK de l’UQAC ont pris part à une compétition hors-concours le 1erdécembre dernier, à l’Université McGill. À la lumière de celle-ci, nous pouvons dire que les choses s’annoncent très bien pour les représentants de l’UQAC en vue des compétitions, qui reprendront le 12 janvier prochain.

 

Du côté des garçons, Alexandre Gbaguidi a connu une excellente compétition, terminant en 2e position au 60 mètres libre, avec un temps de 6.98, la meilleure performance de la journée du côté de l’UQAC. Au 60 mètres course ouvert, il a franchi le fil d’arrivée en 4e position, avec un temps de 7.10, à 2 centièmes de seconde de la troisième place. Bastien Gaboury en est un autre qui a aussi bien fait pour l’équipe chicoutimienne, lui qui a récolté son meilleur temps en carrière (36.96) au 300 m course ouverte, ce qui est bon pour la 8e position. Les filles ont également bien fait pour les INUK avec Joëlle Hébert, qui a terminé 4e au 1 000 m (3:25.96), et Karyanne Bergeron, qui a pris part aux épreuves du 300 m (44.21) et du 60 m course ouvert (8.25), terminant respectivement en 8e et en 10e position.

 

Questionné au sujet de ces excellentes performances, l’entraîneur adjoint Richard Dessureault a souligné que les choses n’auraient pas pu mieux se dérouler. « Toute l’équipe d’entraîneurs est très satisfaite de la façon dont les choses se sont déroulées à la compétition du 1er décembre dernier. Tous nos athlètes ont obtenu leurs meilleurs temps et comme il s’agissait d’une compétition ouverte [où tous les niveaux sont représentés], la satisfaction est encore plus grande », mentionne ce dernier. De plus, Richard Dessureault ajoute que la formation que les INUK ont suivie aux Bahamas du 1er au 6 octobre dernier y est peut-être pour quelque chose afin d’expliquer ces bons résultats. « Aussi, je crois que ce que nous avons vu à McGill est en partie dû aux nouvelles techniques de course des plus banales que nous avons apprises lors de la formation que nous avons suivie aux Bahamas, au début d’octobre. Également, les nouveaux éducatifs, et plus principalement les méthodes d’intervalle adaptées au sprint, nous ont également aidés. Je crois que cela pourrait mener à quelques surprises après les Fêtes », conclut Dessureault.

Félix Tremblay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 7 = huit